Cent mots pour Madeleine

Mots-clefs

,

Merci à Sophie Boudarel de remettre en avant le Généathème « 100 mots pour une vie ». Cela me permet de récidiver dans mes tentatives poétiques. Après « Sort fatal à Moncoutant », la triste complainte consacrée à Jean Talon, voici « Cent mots pour Madeleine », dédié à mon ancêtre Madeleine Robin, née en 1753 et décédée vers 1785. J’aime toujours et tellement les contraintes que je m’en rajoute encore une fois : j’ai fait un acrostiche (lu verticalement de haut en bas, la première lettre de chaque vers reconstitue son prénom et son nom) à partir d’alexandrins coupés à l’hémistiche, avec des rimes plutôt pauvres, je dois bien le reconnaître. Me pardonnerait-elle mes vers de mirliton ?

Madeleine naquit à Pougne-Hérisson
Aimée de ses parents, Jacqu’s Robin, Jeann’ Guédon.
Dix-huit ans, mariage : François-Joseph Branchu,
Enfant de laboureur, cultivateur du cru !
Le couple a six enfants : cinq filles, uniqu’ garçon
Et exploite des champs, à Trayes, dans la région.
Il arrive ce jour maudit où Madeleine
Nous quitte pour toujours. Son mari dans la peine
Et six petits enfants qui n’avaient pas douze ans
Restent seuls à pleurer. Quand mourut leur maman ?
Où est-elle décédée ? Mystère-et-boule-de-gomme !
Bigre ! Saperlipopette ! Où trouver l’acte en somme !
Il est sûr cependant que jeunette elle était,
N‘ayant pas vu grandir ses enfants adorés.

Madeleine Robin, native de Pougne-Hérisson dans les Deux-Sèvres, aujourd’hui Nombril du Monde, est sans doute morte dans le proche village de Trayes vers 1785, âgée seulement d’environ 31 ans. Je ne pourrai pas trouver son acte de sépulture car les registres paroissiaux de cette commune antérieurs à la Révolution ont totalement disparu.
Puisse ce petit poème la faire revivre un peu !

pougne

Carte postale ancienne de Pougne-Hérisson

Publicités

Mes petits soldats (4) : Les débuts de la IIIe République (1870-1914)

Sous la IIIe République, le service militaire tend à se généraliser et devient de plus en plus égalitaire. Au fur et à mesure des lois, on supprime l’exonération (possibilité de se payer un remplaçant), on abolit certaines dispenses, on met fin au tirage au sort injuste. On passe ainsi d’un service qui pouvait durer jusqu’à 5 ans pour certains en 1872, à un service de 2 ans pour tous en 1905, et de 3 ans en 1913 avec les prémices du conflit armé. Ce mouvement s’accompagne d’une acceptation de plus en plus grande du service. Finis les réfractaires ! Disparues les nombreuses réformes ! La France est cocardière. Le discours politique dominant est nationaliste : il faut récupérer l’Alsace et la Lorraine, mener une politique coloniale. En même temps, tout un folklore se met en place, censé symboliser le passage à l’âge adulte (le conseil de révision, les fêtes de conscrits, la quille, les photos en tenue militaire…).

La généralisation du service militaire se fait donc lentement mais sûrement. Ainsi, quand je considère mes 24 ancêtres et apparentés deux-sévriens en âge de servir sur cette période de 1871 à 1914, 14 ont fait leur service jusqu’au bout :
– seulement 5, sur les 12 conscrits entre 1871 et 1888, font effectivement et totalement leur service.
– 9 sur les 12 conscrits entre 1889 et 1914 le font en entier (et parmi eux, tous mes conscrits du XXe siècle).

Les motifs d’exemption ou de réforme pour raison de santé semblent se raréfier. Il est vrai que la situation sanitaire s’est améliorée tout au long du XIXe siècle. Je n’ai relevé que 5 cas et ils sont souvent malheureusement justifiés :
– Auguste Merceron est versé au service auxiliaire pour un problème de testicule en 1880. Cela l’empêche peut-être aux yeux de l’armée de se battre mais ne l’empêchera pas de se marier 4 ans plus tard.
– Eugène Nueil est réformé en 1882 pour bronchite chronique ancienne. Il décède dans l’année qui suit.
– Constant Blais et Émile Nueil sont exemptés en 1892 et 1893 pour des raisons sans doute médicales.
– Auguste Frouin est exempté en 1897 pour tuberculose, il décède peu après.

Il est parfois possible d’échapper au service pour des raisons familiales, 5 jeunes gens de ma famille en bénéficient, mais là aussi les exemptions deviennent plus rares avec le temps.
– Louis-Mary Poirier est maintenu dans ses foyers comme soutien de famille en 1879 (ses parents sont pourtant vivants, est-ce parce qu’il est l’aîné de 6 enfants ?)
-Louis Chesseron est dispensé en 1882 car fils aîné de veuve.
-Jude Frouin est dispensé en 1884 car il a un frère déjà au service.
-Pierre Blais, mon arrière-grand-père, est passé dans la réserve au bout d’une semaine en 1888 car il est le fils aîné d’une fratrie de 10 enfants.
– Son frère Henri Auguste est dispensé en 1898 comme soutien de famille (le père est décédé entre temps).

Les affectations se font le plus souvent assez près du lieu de résidence. Mes soldats des Deux-Sèvres ne partent pas très loin : à Niort (2), Poitiers (2), Châtellerault (2), Angers (1), Tours (1) et Châteauroux (1). Cependant, quelques uns sont s’éloignent davantage (Versailles, Rosny et Dôle). Mon arrière-grand-père Gustave Turpaud est même mobilisé pour participer à une campagne en Algérie de 1894 à 1897. Ils intègrent différents régiments d’infanterie (5), d’artillerie (3), de chasseurs (3), de dragons (2) de hussards (1) et de zouaves (1). Certains obtiennent du galon : Gustave Turpaud est nommé brigadier en 1895. Joseph Nueil (évoqué dans un #RDVancestral) en 1903 et Henri Blais en 1910 sont promus au grade de caporal.

Sur cette période, mes 4 arrière-grands-pères sont concernés par la conscription.
Lucien Deborde fait un an, en 1883 et 1884, au 18e bataillon de chasseurs basé à Tours.
Xavier Frouin sert 3 ans, de 1894 à 1897 au 2e régiment de dragons d’Angers.
Gustave Turpaud, incorporé au 12e régiment d’artillerie de Bourges, fait son service en Algérie de 1894 à 1897.
Pierre Blais n’a servi qu’une semaine en 1889, au 7e régiment de hussards basé à Niort, puis il est passé dans la réserve pour raison familiale.

hussards niort

La caserne du 7e régiment de hussards à Niort, source Delcampe

Comme l’instruction est devenue obligatoire grâce aux lois de Jules Ferry, cela se remarque, même pour les premières classes qui n’en n’ont pas bénéficié : tous mes conscrits sauf un ont maintenant un degré d’instruction qui leur permet de savoir lire, écrire et compter mais aucun n’est allé plus loin que l’école primaire. J’ai toujours les renseignements physiques détaillés sur le visage de mes ancêtres. En 1878 (mais seulement cette année-là), il faut même préciser sa religion ! Et je n’oublie pas ce qui m’importe le plus, la taille de mes 14 soldats ! Sont-ils toujours petits ? Leur taille varie de 1m57 à 1m73 et j’obtiens une moyenne de 1m64 ! Ce ne sont pas encore des géants mais ils ont un tout petit peu grandi, sans doute suite aux progrès de la médecine et à une meilleure alimentation.

Ce ne sont pas des géants mais la France va pourtant avoir besoin d’eux ! Nous arrivons en 1914. La 1ère Guerre mondiale va bientôt éclater et les hommes, à partir de la classe 1887, vont être rappelés pour combattre l’Allemagne. 12 parmi les « petits soldats » de la IIIe République que je viens d’évoquer vont être concernés ! Je vous raconterai leur destin très prochainement, avec le 5ème et dernier épisode intitulé « Mes petits soldats et la grande Guerre ».

Et si vous voulez lire ou relire le début, cliquez sur les liens : 1 Le Ier Empire2 Les monarchies constitutionnelles3 La Seconde République et le Second Empire

À Soutiers, dans la Gâtine poitevine

Mots-clefs

Avec Raymond, nous envisageons de faire des balades à vélo sur les traces de nos ancêtres. Nous avons la chance d’avoir un périmètre de recherches généalogiques proche de notre lieu de résidence. Aujourd’hui, c’est encore à l’état de projet. Cependant, en septembre, nous avons fait une sortie vélo qui passait par le village de Soutiers où vécurent des ancêtres. Cela m’a donné envie de revenir sur leur histoire.

C’est à Soutiers que se marient Marguerite-Suzanne Boureau et Charles-Antoine Nicolas, seigneur de la Mitoisière et de la Valentinière. Les noces sont célébrées le 20 février 1727 dans l’église Saint-Martin à Soutiers en présence de leurs pères. L’épouse, comme son mari, signe.
N°495-BoureauMarguerite Suzanne Charles-Antoine est issu de la petite noblesse. Il est né à Parthenay et est l’aîné des enfants de Charles Nicolas et de Renée Périgord. Si je connais bien la famille de Charles-Antoine, je sais peu de choses de celle de Marguerite-Suzanne. Les Nicolas sont originaires de Parthenay et de Poitiers. C’est la famille de l’épouse qui vit à Soutiers. Ses parents, Louis Boureau et Jeanne Conneau, sont mes ancêtres à la 10e génération. D’eux, je sais seulement que la mère Jeanne Conneau décède en ces lieux à peine 3 mois après le mariage de sa fille. Elle est enterrée le 24 mai 1727 dans le cimetière de Soutiers en présence de son mari Louis, ainsi que de son beau-fils Louis, né d’un précédant mariage de son époux. Quant à Marguerite-Suzanne, son nom figure sur l’acte mais a été rayé par le prêtre, ce qui me fait douter de sa présence à Soutiers ce jour-là.
Après son mariage, Marguerite-Suzanne suit son époux dans les diverses demeures des Nicolas : à Gourgé, Beaulieu-sous-Parthenay et Saint-Lin. Mais en 1732, moins de 6 ans après le mariage, Charles-Antoine décède. Il a 28 ans et laisse une jeune veuve avec une petite fille de 3 ans, mon ancêtre Marguerite. Marguerite-Suzanne ne le sait peut-être pas encore mais elle est enceinte. Un enfant naît 8 mois plus tard, mais il ne vit que 3 mois. La voilà sans héritier mâle, autant dire qu’elle a peu de droits. Elle se remarie très vite et épouse René Billaud en août 1733. J’ai déjà évoqué Marguerite-Suzanne dans Grandeur et décadence en Poitou.
Cependant, Marguerite-Suzanne a dû garder des liens avec Soutiers tout comme sa fille Marguerite puisque c’est ici que cette dernière décède quelques années plus tard, le 17 mai 1767. Marguerite Nicolas meurt dans ce village à l’âge de 36 ans, peut-être en couches, en laissant son mari René Goudeau seul avec 3 enfants en bas âge. Le couple ne vit pourtant pas dans cette paroisse, mais dans celle de la Chapelle-Bertrand. D’ailleurs l’époux ne semble pas présent lors de l’enterrement. Parmi les témoins on trouve une cousine, Marie Conneau, preuve que des liens ont perduré avec la famille de sa grand-mère maternelle.

Au début du 18e siècle, Soutiers est une petite paroisse au sud de Parthenay qui compte 43 feux en 1716. Aujourd’hui, avec ses 270 habitants la commune n’a guère changé.
soutiers_eglise
Cette balade à vélo m’a donné l’occasion de traverser la Gâtine vallonnée (mes mollets peuvent en témoigner !) et de découvrir un joli petit village bien caché, loin des axes de circulation.
3 femmes, 3 générations et 3 actes, voilà tout ce dont je disposais pour imaginer la vie de mes ancêtres à Soutiers. Mais, en attendant que je trouve de nouvelles pistes, profiter d’une pause dans ce village et découvrir ses petites maisons basses accolées à l’église Saint-Martin m’ont permis d’imaginer le hameau d’autrefois où vécurent mes 3 aïeules et leur famille.

Dolorès

dolorès Est-ce une déformation de l’esprit ? Dois-je consulter ?  Je trouve que mes lectures (romans, polars, BD…) me ramènent de plus en plus souvent à la généalogie. C’est encore le cas avec Dolorès, une BD de Bruno Loth (éditions La Boîte à Bulle). Marie, une vieille dame veuve en maison de retraite est atteinte de problèmes de mémoire. Elle se met à parler espagnol et à se faire appeler Dolorès. Cela interroge sa famille, notamment sa fille Nathalie pour qui sa maman était une orpheline ignorant tout de son passé. Elle se met à enquêter et découvre que sa mère est la fille d’un couple de républicains espagnols, arrivée seule en France vers l’âge de 10 ans. Nathalie part donc en Espagne sur les traces de sa famille maternelle. Elle apprend quelle fut l’enfance de sa mère en pleine guerre d’Espagne. En même temps, elle découvre le drame de la guerre civile espagnole et la situation sociale et politique actuelle du pays. Cet album nous interroge donc sur la mémoire, dans tous les sens du terme et sur la transmission, avec de beaux portraits de femmes. Bruno Loth sort parfois un peu de son sujet quand il évoque la crise  économique actuelle en Espagne. Mais, la partie sur la recherche du passé est vraiment très intéressante et le personnage de Marie (Dolorès), son évolution au fur et à mesure qu’elle replonge dans son enfance est vraiment très touchant. Le tout est servi par un dessin agréable aux couleurs sépia, tout à fait adapté à ce voyage dans le passé et la mémoire.

dolores2

Rendez-vous ancestral en Argonne

Mots-clefs

, , , ,

Un article publié dans le cadre du #RDVAncestral initié par Guillaume Chaix.

fleury

Fleury-devant-Douaumont

26 juillet 2017, la voiture roule doucement sur les routes tranquilles de l’Argonne dans la Marne. Avec Sylvie, nous avons choisi de prendre des vacances généalogiques et mémorielles, loin des plages et du soleil. Nous avons déjà visité Verdun : le mémorial, l’ossuaire, le cimetière , les forts de Vaux et de Douaumont… Difficile de dire que je suis heureux, ces visites ne prêtent pas à la joie ; pourtant je suis satisfait : je comprends mieux la guerre 14-18, les batailles, les souffrances aussi, je suis ému souvent, en colère également. Sous la pluie, nous avons arpenté le village disparu de Fleury, la zone où mon grand-père Hubert a été fait prisonnier en 1916. Il n’en reste rien. Des plaques indiquent les emplacements des fermes, des maisons, de l’école, de la mairie et de l’église. Des monuments commémoratifs sont dispersés au milieu d’un relief ravagé par les obus, mais adouci aujourd’hui par l’herbe et les arbres qui ont recouvert d’un linceul vert ce village martyr.

Nous avons donc quitté Verdun (et ses combats de 1916) pour aller un peu plus avant sur un autre terrain de bataille, l’Argonne de 1915. Je vais à la rencontre d’un « poilu », Joseph Nueil, le frère de l’arrière-grand-mère que j’ai connue dans mon enfance, celle qu’on appelait « mémé Delphine ». Joseph est né le 9 octobre 1881 à Courlay (Deux-Sèvres). Il n’a pas 10 jours quand il perd sa mère, Mélanie Blanchin, des suites de cette naissance difficile. Le père, « Gène » Nueil, se retrouve seul dans sa ferme avec 4 enfants dont un nouveau-né. La grand-mère, Désirée Gasse, le rejoint pour l’aider et s’occuper de la marmaille autant qu’elle peut mais, 6 ans plus tard, c’est elle qui décède à son tour. La famille déménage alors à Terves et c’est une servante, Joséphine Touraine, qui veille maintenant sur les enfants. À 20 ans, Joseph est bon pour le service militaire : direction le fort de Rosny et le 14ème régiment de zouaves pendant 3 ans. Il obtient le grade de caporal.

mariage joseph nueil delphine thibaudeau

Joseph Nueil et Delphine Thibaudeau à leur mariage

De retour à la vie civile, il travaille à la ferme familiale, il est cultivateur. Peu après, il épouse Delphine Thibaudeau le 19 novembre 1907. 4 ans plus tard, c’est la naissance de Marie-Joséphine, une petite qui malheureusement le restera, atteinte de nanisme. En 1914, après ses malheurs personnels, Joseph va connaître le malheur universel. La guerre contre l’Allemagne est déclarée, c’est la mobilisation générale et il est comme beaucoup rappelé sous les drapeaux. Il est cette fois incorporé au 3ème régiment d’infanterie coloniale de Rochefort, et se retrouve à combattre à l’automne 1915 sur ces terres de l’Argonne que je visite aujourd’hui. Le 21 octobre 1915, il est promu sergent. 15 jours plus tard, le 5 novembre 1915, sa vie s’arrête à Massiges dans la Marne, « tué à l’ennemi » . Il avait 34 ans. Mort pour la France, comme ils disent !

tombe nueilLe GPS m’emmène là où je veux aller, à la nécropole Pont-de-Marson située à

tranchée

Tranchée de la main de Massiges

Sur le retour, je décide de faire un petit crochet sur le site de la « main de Massiges », un panneau indicateur nous y invite et c’est sans doute sur ce morceau de territoire qu’est mort Joseph. La route goudronnée se termine par un chemin blanc, nous arrivons sur un petit parking où je stationne notre voiture. Et là, agréable surprise, des panneaux expliquent que des bénévoles reconstituent peu à peu les tranchées et les abris, tels qu’ils étaient pendant la guerre 14-18. Ils les ont recreusés à l’identique, ils ont retrouvé les poutres, les tôles qui les consolidaient, ils ont disposé des objets retrouvés. En réhabilitant ce site de mémoire, ils ont aussi découverts des ossements oubliés depuis plus de 100 ans. Avec Sylvie, nous explorons ces galeries. C’est par ici que Joseph a vécu ses derniers jours. Aujourd’hui, plus de mitraille, plus de puanteur, plus de vermine, plus de sang et même pas de boue. L’air est frais et sec et le soleil brillerait presque. Que s’est-il passé il y a plus de 100 ans, ce 5 novembre 1915 ? Le journal du régiment n’existe plus entre le 1er avril 1915 et le 1er février 1916. Après l’offensive de la main de Massiges du 25 septembre au 8 octobre qui avait fait 15 000 morts inutiles, le front s’était stabilisé et Joseph avait gagné ses galons de sergent. C’était le cœur de l’automne, il faisait sûrement froid, peut-être pleuvait-il ?

Aujourd’hui, je ne te rencontre pas, Joseph, même si je te devine furtivement au fond d’un abri, au détour d’une tranchée. Je ne peux même pas imaginer ce que tu as souffert et ce que tu as enduré, comme tous ces jeunes hommes de France, d’Allemagne, d’Afrique et d’ailleurs… Je ne sais pas comment tu es mort et je sais encore moins pourquoi. Au cimetière, je ne t’ai pas entenduLes fusils commencent à claquer et bientôt un barrage acéré tombe sur nos unités.
Bientôt, ce sont des cris, des hurlements d’horreur.
Des hommes tombent, cassés en deux dans leur élan.
Il faut franchir la plaine balayée par les balles, les membres disloqués, la figure noire, horrible.
Nous arrivons près d’eux et un terrible corps à corps s’engage.
Les fusils ne peuvent plus nous servir et c’est à l’aide de nos pelles que nous frappons.
On titube.
On voit un tourbillonnement d’hommes qu’on ne reconnaît pas, qu’on n’entend plus.
Je saigne du nez et des oreilles, je suis fou, je ne vois même plus le danger, je n’ai plus songe à rien, mon rôle est fini.
Je me vois les reins brisés, étouffant, creusant la terre de mes mains, et là, tout près de moi s’élève, monotone, une plainte d’enfant « J’ai mal, maman, mon Dieu, je vais mourir ».

tardi 4

Illustration de Jacques Tardi

Le chagrin des vivants

Cet été, Raymond et moi sommes allés passer quelques jours en Argonne et à Verdun. Nous avons tous les deux des grands-pères, des grands-oncles… qui ont connu l’horreur de la guerre et des combats. Certains sont revenus, d’autres pas, ce voyage a été l’occasion d’aller à leur rencontre. Raymond va l’évoquer très bientôt et je vous propose de vous plonger dès à présent dans cette Grande Guerre avec un roman lu au printemps.

Dans Le chagrin des vivants, Anna Hope évoque les années qui suivent la guerre 14-18. À Londres, en ce mois de novembre 1920, alors que le pays se prépare à accueillir son soldat inconnu, trois femmes, unies par d’invisibles liens, essaient de survivre au traumatisme de la guerre.
Evelyn a perdu son fiancé et son frère, survivant, s’étourdit chaque nuit dans les fêtes et l’alcool. Ada pleure son fils mais ne peut faire son deuil, le corps de son enfant n’a pas été retrouvé et c’est par un message laconique qu’elle a appris son décès. Enfin, Hettie est une toute jeune femme qui vit avec sa mère et son frère revenu brisé de la guerre. Elle travaille dans un dancing où elle côtoie chaque jour d’anciens soldats. Au cours des cinq jours qui précédent l’arrivée du soldat inconnu, chacune va essayer de faire un pas vers l’avenir. Petit à petit nous découvrons des liens qui se tissent, des secrets qui s’avouent et peut-être un espoir de lendemains meilleurs.

Dans ce récit choral, les femmes évoquent l’indicible, racontent les souffrances qu’elles côtoient, celles qu’elles vivent ; et en filigrane pointe le sentiment de culpabilité des survivants. Ce premier roman, servi par une écriture fluide, nous offre trois beaux portraits de femmes. Un récit juste et tout en sensibilité sur l’impossible oubli mais aussi sur la vie plus forte que tout.

Cérémonie devant la tombe du Soldat inconnu britannique à l’abbaye de Westminster, 18 novembre 1920. Source : Corbis

 

Quand la dysenterie frappait le Poitou

Mots-clefs

, , , ,

C’est en parcourant un registre de Saint-Hilaire-sur-l’Autize (en Vendée) à la recherche de l’acte de décès de Modeste Sorin, en septembre 1779, que j’ai remarqué un nombre inhabituel de décès. J’ai très vite retrouvé trace d’une épidémie de dysenterie qui a touché la France cette année-là.
La dysenterie de 1779 a atteint très inégalement les provinces du royaume, les plus touchées, de beaucoup, étant les provinces de l’Ouest correspondant aux intendances de La Rochelle, Poitiers, Rennes et Tours, dévastant des cantons entiers. La maladie tue près de 175 000 personnes en France, dont 90 000 dans les 4 intendances déjà citées. Elle semble être apparue en juillet 1779, et s’être étendue rapidement au cours des mois d’août et de septembre pour atteindre son paroxysme fin septembre avant de refluer doucement.

dysenterie 17e siecle epidemie
La Société Royale de Médecine constate dès octobre qu’il s’agit bien d’une épidémie de « dysenterie bacillaire ». Les mémoires et rapports concordent tous dans leur description saisissante des symptômes observés : fort cours de ventre avec tranchées violentes et ténesmes très douloureux, matières glaireuses et sanguinolentes devenant purulentes, puis vermineuses, vomissements continuels avec hoquet, fièvre accompagnée de sueurs froides.
La réaction des autorités est aussi rapide et efficace qu’elle peut l’être pour l’époque. Dans presque toutes les intendances, il existe un « service des épidémies » qui dépêche sur place un médecin ou un chirurgien avec mission d’organiser les secours et de distribuer remèdes et vivres aux frais du gouvernement. La maladie frappe durement le pays, cependant ces médecins vont permettre de limiter la contagion et par là même le nombre des victimes : il y a eu 2 à 3 fois moins de morts en 1779 que lors de la dysenterie de 1707.

J’ai eu envie de savoir de quelle manière cette épidémie a touché mes ancêtres et leurs proches. Pour cela, j’ai dépouillé les registres de 4 paroisses : St-Hilaire-sur-l’Autize (1400 habitants), Coulonges-les-Royaux ( 1400 hab.), Saint-Maixent-de-Beugné (500 hab.) et Saint-Laurs (400 hab.)

disyenterie_cassini_1779

Il faut bien sûr garder à l’esprit que la dysenterie n’est pas responsable de toutes les disparitions de 1779. Cependant, si on regarde les chiffres, on comptabilise au cours du second semestre 136 décès à St-Hilaire-sur-l’Autize, 98 à Coulonges-les-Royaux, 35 à Saint-Maixent-de-Beugné et 28 à Saint-Laurs. Le diagramme suivant, montre pour 2 paroisses, l’évolution des décès au fil des mois avec un pic de l’épidémie en septembre et octobre et des chiffres bien plus importants que sur une année habituelle.

dysenterie_1779

Les plus jeunes sont très fortement touchés, entre 50% et 60% des morts ont moins de 20 ans : ce taux de mortalité est bien supérieur à la normale, enfants et adolescents entre 5 et 20 ans payent le plus lourd tribut.
On remarque qu’en proportion, Coulonges-les-Royaux est moins affecté que les 3 autres paroisses, c’est un bourg plus important et l’épidémie est plus virulente dans les campagnes.

Dans mon arbre généalogique, toutes paroisses confondues, je relève 39 personnes qui sont décédées au cours du second semestre de 1779. Même si toutes ne sont pas mortes de la dysenterie, il est évident qu’un certain nombre ont péri à cause de la maladie. Parmi elles, 3 sont des sosas : Marie Dieumegard, Marie Mocquet et Jacques Bredoire.
Marie Dieumegard est la veuve de Jacques Garnier, laboureur puis journalier, elle meurt à Coulonges-les-Royaux le 7 novembre âgée de 75 ans.
Marie Mocquet n’a que 34 ans quand elle s’éteint le 19 novembre 1779 au Busseau. Elle laisse son époux Pierre Gourdien, un bordier, veuf avec 2 à 3 enfants en bas âge. Pierre se remariera moins de 2 ans plus tard.
Jacques Brédoire, bordier et tisserand, est veuf, il trépasse le 6 octobre 1779 à Saint-Maixent-de-Beugné à l’âge de 67 ans.
Tous les 3 appartiennent à des familles plutôt pauvres, lesquelles sont plus sujettes à contracter la maladie. L’épidémie se développe sur la misère et, dans la plus grande partie des campagnes de l’Ouest, l’alimentation est insuffisante et mal équilibrée, l’hygiène lamentable et les préjugés tenaces quant aux soins à apporter aux malades.
Je relève aussi 2 familles durement touchées par la contagion. Jean Fauger et Jeanne Pouvreau vont perdre 3 enfants entre le 12 et le 30 septembre. Seul le petit dernier, né en juin de la même année, survit. Quant à Jean Mallet et Angélique Soulezelle, c’est leurs 4 enfants qui s’éteignent entre le 23 octobre et le 21 novembre à Saint-Laurs.

Au regard du nombre de morts dans cette partie du Poitou, on peut penser que les autorités y ont envoyé des médecins. Ils ont dû proposer, avec plus ou moins de succès, saignées, purgatifs ou laudanum. Ils ont surtout du essayer d’isoler les malades et de prescrire des mesures d’hygiène élémentaires tout en imposant, quand ils le pouvaient, un strict régime en distribuant aux paysans encore indemnes bouillons, pain et viande. Sans cela, le tribut à payer aurait sans doute été encore plus lourd pour mes ancêtres.

Sources :

Lebrun, François. Une grande épidémie en France au XVIIIe siècle : la dysenterie de 1779. In: Annales de démographie historique, 1973.

La dysenterie de 1779 sur les blogs :
En Vendée chez Frédéric De moi à la généalogie.
En Mayenne chez Dominique Degrés de parenté.

Mes petits soldats (3) : La Seconde République et le Second Empire

Napoleon_III

Napoléon III

Après avoir étudié les jeunes hommes de ma famille face à la conscription et à l’armée sous l’Empire, puis pendant la Restauration, j’arrive à une nouvelle période qui va de la Seconde République (1848-1852) au Second Empire (1852-1870), avec toujours le même homme à la tête de l’État, Louis-Napoléon Bonaparte devenu en 1852 l’empereur Napoléon III. Malgré les deux changements de régime, le service militaire évolue peu : le service se fait toujours par engagement ou tirage au sort et dure autour de 6 ans. Cependant, à partir de de 1855, si on veut éviter l’armée, il n’est plus nécessaire de se chercher un remplaçant, il suffit de payer une taxe. Encore faut-il pour cela en avoir les moyens (le coût était de 1800 à 3000 F selon les années !) Pour les jeunes gens, le rituel est toujours le même : l’année des 20 ans, ils doivent se rendre au chef-lieu du canton où a lieu le conseil de révision et le tirage au sort des conscrits. J’ai retrouvé entre 1848 et 1870 dans ces listes du département des Deux-Sèvres, 20 jeunes hommes de ma famille dont 4 sont mes ancêtres directs. Les renseignements donnés sont encore rares et bien souvent parcellaires : il peut selon les cas manquer la taille, la décision finale (exempté, apte…) ou le motif de cette décision. Toutefois, je connais maintenant le degré d’instruction de beaucoup : nous sommes avant que l’école soit obligatoire et cela se ressent pour les 18 renseignés : ce degré d’instruction est de 0 pour les quatre qui ne savent ni lire ni écrire, de 1 pour les quatre autres qui savent juste lire et de 2 pour les dix qui savent lire et écrire, mais n’ont pas le niveau d’instruction primaire. Il me faut attendre 1867 pour avoir enfin de vrais dossiers matricules riches en information : filiation, adresse, description physique du visage, profession, degré d’instruction, taille, parcours militaire, grades…

conscrit

Image populaire de la conscription

Sur toute cette période, on ne sent toujours pas une grande envie chez ces jeunes ruraux de participer à la gloire militaire de la France. Ce n’est plus le temps de la résistance puisque je ne vois plus de réfractaires, mais nous n’en sommes pas encore à l’obéissance. Sur les 20 garçons étudiés, je sais qu’au moins 8 demandent à en être exemptés (sans doute bien plus car les autres ne sont pas renseignés). Les motifs sont variés : l’estomac, les varices, l’agitation nerveuse, un membre cassé ou la situation familiale. Leur demande n’est pas acceptée pour tous puisque sur ces 8, trois sont déclarés aptes.

Il y a finalement 9 exemptés : 2 sont trop petits (1m50 !!), 2 bénéficient de raisons familiales (un frère déjà au service, soutien de famille car fils unique), 2 sont jugés trop faibles, 2 ont un handicap (surdité, problèmes psychiques) et le dernier a des varices ! Sur les 11 qui sont finalement bons pour le service, 4 ont les moyens de payer la taxe pour en être exonéré. Ce n’est donc finalement que 7 jeunes gens sur les 20 recensés qui doivent faire leur service.

siège sébastopol

« Le siège de Sébastopol » par Franz Roubaud (source Wikipédia)

Quant à l’affectation et à la destination des soldats, les archives ne me disent rien avant 1867. C’est grâce à la transmission orale familiale que je sais que, du côté de ma mère, Théodore Nueil a sans doute participé à la guerre de Crimée contre la Russie (1853-1856) et qu’il a dû en parler bien souvent pour que je sois au courant 150 ans après. Et une autre légende, du côté paternel, m’apprend que Jacques Chesseron a fait son service en Algérie à la même époque (son histoire est racontée ici). Par contre, pour les deux jeunes qui ont été appelés à servir à partir de 1867, c’est grâce aux registres que j’ai des renseignements précis. Leur période militaire commence à la fin du Second Empire et se termine au début de la IIIe République. Je sais ainsi que, en rejoignant le 1er bataillon, 2ème compagnie, mon ancêtre Eugène Nueil a participé à la guerre contre l’Allemagne. Et je sais aussi que le frère d’un ancêtre, a été affecté à l’escadron du train des équipages de la garde impériale : Henri-Charles Rabit a fait ensuite la campagne d’Allemagne du 30 août 1870 au 7 mars 1871, et enfin la campagne de Versailles (conclue par la répression de la Commune de Paris) du 18 mars au 7 juin 1871 : il obtient suite à tout cela un certificat de bonne conduite. Les 4 petits soldats dont je connais les états de service sont tous entraînés dans des conflits qu’ils n’ont sans doute pas voulu : aventure coloniale en Algérie, guerre de Crimée opposant des impérialismes, conflit de 1870 annonciateur des suivants avec l’Allemagne, guerre civile et sociale à Paris.

Mes petits soldats sont toujours petits, ils n’ont pas grandi. La moyenne des 5 soldats dont je connais la taille est de 1,63 m. Quant à mes 4 aïeux directs concernés par la période, ils ont eu 3 situations différentes face à l’armée. Auguste Chesseron, apte, a été exonéré en payant. Jacques Turpaud et Pierre Blais ont été exemptés pour faiblesse. Seul Eugène Nueil a fait son service (et même la guerre). Est-ce que cette variété de situations va perdurer durant la prochaine période (1870-1914) ? Mes petits soldats vont-ils enfin grandir ? Vous le saurez en lisant mon futur article Mes petits soldats (4) : la IIIe République de 1870 à 1914 (Quel suspense !)

Projet Philomène (3)

Mots-clefs

, ,

bandeau philomène2Suite à une idée de Sophie Boudarel, je termine l’évocation des « Philomène » de mon arbre généalogique, avec toujours en bandeau un dessin d’Ernie Bushmiller. Les albums qu’il a dessinés, « Nancy », ont été popularisés en France sous le titre de « Arthur et Zoé », mais au Québec, c’était « Philomène ». Voici ma 3ème et dernière SOSA prénommée « Philomène ».

Philomène Marie Rosalie RATRON, ma SOSA n° 25, est la grand-mère paternelle de mon grand-père maternel. Elle naît le 12 janvier 1843 à Saint-Sauveur-de-Givre-en-Mai, dans la ferme de Beuvron. Son père, Jean RATRON, est cultivateur mais aussi scieur de long. Il est également le maire de son villlage depuis 13 ans, mais il va bientôt arrêter d’occuper cette fonction. Sa mère, Marie-Céleste BERTRAND, a déjà connu 4 accouchements. Philomène est et restera la petite dernière de la famille. Elle ne se souvient pas de sa sœur aînée, décédée 2 ans après sa naissance. Elle grandit donc sous la surveillance sans doute bienveillante de ses parents et de ses 3 grands frères. Elle a la chance de recevoir de l’instruction, ce qui n’était pas acquis pour toutes les filles à l’époque : elle apprend à lire et à écrire, comme ses frères et comme ses parents avant elle. Le 6 juin 1862, à Noirterre, à l’âge de 19 ans, elle épouse Auguste FROUIN, un fermier plutôt aisé et bien plus âgé qu’elle puisqu’il a 41 ans. Ils vivent et travaillent ensemble à la ferme de la Braudière à Terves. 6 enfants naissent de cette union mais un garçon décède bien jeune à l’âge de 5 ans. En 1888, elle a 45 ans quand elle devient veuve. Elle connaît d’autres chagrins : ceux de voir mourir sa fille Marthe âgée de 26 ans en 1897 puis son fils Auguste âgé de 21 ans en 1899, avant de s’éteindre à son tour dans sa maison le 29 mai 1902. Elle avait 59 ans.

signature philomène ratron

Philomène Ratron, Philomène Rabit et Philomène Poirier ont eu 3 destins différents, des vies plus ou moins longues, plus ou moins heureuses… Elles ont cependant en commun d’être des femmes de la campagne, nées et élevées dans la foi religieuse au XIXe siècle. Le prénom qui leur a été donné à la naissance en est un peu la preuve : c’est celui d’une sainte italienne mise en avant (et à la mode en conséquence) par le curé d’Ars, si vénéré dans l’Église catholique à l’époque.

Madeleine Project

L’an dernier lors du challenge AZ, j’avais évoqué Madeleine Project. Aujourd’hui, le livre Madeleine Project, publié aux Éditions du sous-sol, reprend les 2 premières saisons du reportage de Clara Beaudoux sur Twitter.
Avec Madeleine project Clara Beaudoux fait revivre Madeleine, une femme qui a traversé le vingtième siècle sans faire de bruit. Voici l’histoire d’une vie condamnée à disparaître sans la curiosité d’une jeune journaliste.

Un jour, Clara Beaudoux emménage dans un appartement qui dispose d’une cave. Mais quelle n’est pas sa surprise, quand elle descend à la cave, de découvrir que l’endroit regorge des souvenirs de l’ancienne propriétaire, Madeleine.

Clara trouve des objets oubliés, des lettres, des journaux… et fait peu à peu connaissance avec Madeleine. Elle va partager ses découvertes, via Twitter, tout au long d’une semaine. Chaque matin, elle poste des photos, accompagnées de quelques mots, parfois des vidéos, du son… Avec elle, nous entrons dans l’intimité de Madeleine.
Des liens se tissent entre Clara et Madeleine mais aussi avec tous ceux qui les suivent sur Twitter. Clara hésite, se pose des questions : a-t-elle raison de révéler tout cela ? Madeleine aurait-elle aimé voir sa vie dévoilée ? Et nous nous interrogeons avec elle. Pourtant, tout cela est très vite balayé par le lien qui se noue entre Madeleine et Clara, et bien sûr avec nous, les lecteurs ! Un lien fort qui grandit au fil des jours : c’est une émotion qui nous saisit au hasard d’un tweet, un sourire qui naît devant une découverte, un chagrin qui nous surprend.
Nous sommes nombreux à avoir été fidèles au rendez-vous. La première saison est bientôt suivie d’une seconde où Clara recherche ceux qui ont connu Madeleine. Le livre reprend ces 2 saisons et, quand on l’ouvre, on retrouve intacte l’émotion de notre première lecture.

Si vous ne connaissez pas encore Madeleine, plongez dans ce petit album qui parle de souvenir, de mémoire et de partage.
Vous pouvez aussi retrouvez la saison 1 et la saison 2 en ligne. Depuis, le #Madeleine Project a connu une saison 3 et récemment une saison 4.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer