Z comme le Zouave GUITTON Louis André

Voir les cuirassiers charger à Reichshoffen et tomber au champ d’honneur Louis André GUITTON est né le 23 mars 1838 au Beugnon. Il est le fils de Louis GUITTON, bordier, et de Marie GIRARDIN. Je ne le trouve pas 20 ans plus tard dans les listes de tirage au sort dans les Deux-Sèvres. Peut-être habitait-il... Lire la Suite →

Y comme YZAMBARD André

Mourir de dysenterie André YZAMBARD est né le 16 novembre 1848 à Saint-Martin-de-Bernegoue, fils d’André YZAMBARD, propriétaire, et de Juliette ROUSSEAU son épouse. En 1868 à Prahecq, il passe devant le conseil de révision. Il est cultivateur, mesure 1 mètre 65 et sait lire et écrire. Il a les cheveux et sourcils châtains, les yeux... Lire la Suite →

X comme Polytechnique et DENFERT-ROCHEREAU Pierre Philippe Aristide

Défendre Belfort comme un lion Comme pour hier avec le W, je n'ai pas trouvé de soldats dont le patronyme commence par X dans le Mémorial des soldats des Deux-Sèvres morts pendant la guerre de 1870-1871. C’est l’occasion d’abandonner pour un jour les victimes de la guerre de 1870 et d’évoquer un survivant glorieux, le... Lire la Suite →

W comme Wissembourg et BOUTIN Eugène

Être parmi les premières victimes Sans grande surprise, il n’y a pas de soldat dans le Mémorial des soldats des Deux-Sèvres dont le nom commence par W. Je ruse donc un peu pour évoquer Jean François « Eugène » BOUTIN, né le 15 septembre 1846 à La Chapelle-Thireuil. Il est le fils de François BOUTIN, bordier, et... Lire la Suite →

V comme VALLEMONT Firmin

Périr en franc-tireur Firmin VALLEMONT a été trouvé le 9 octobre 1849 exposé à la boîte de l’hospice de Niort. Il vit donc le sort des enfants placés et fait différents apprentissages chez des menuisiers. Il donne satisfaction à ses différents employeurs. En 1869, il tire au sort un numéro qui aurait dû l’envoyer dans... Lire la Suite →

U comme URBAIN Eugène

Réprimer la Commune de Paris et passer l’arme à gauche Eugène URBAIN est le seul soldat des Deux-Sèvres que j’ai retenu pour ce challenge à ne pas être né dans le département. Il a vu le jour le 8 novembre 1850 à Buzançais (Indre), fils d’URBAIN, journalier, et de Marie PERROCHON son épouse. Il semble... Lire la Suite →

T comme TALON Joseph

Finir à Sedan comme le Second Empire Joseph TALON est né le 30 décembre 1843 à Largeasse, fils d’Augustin TALON, bordier, et de Marie GODRIE son épouse. En 1863, au conseil de révision à Moncoutant, il tire un mauvais numéro et doit partir pour un service militaire de 7 ans. Le jeune cultivateur mesure 1... Lire la Suite →

S comme SABOURIN Louis

Ne pas être sauvé à Saint-Sauveur Louis SABOURIN est né le 12 août 1844 à Sainte-Blandine, fils de Jacques SABOURIN, cultivateur, et de Madeleine GAUTIER. Je n’ai pas trouvé son nom sur les listes cantonales de tirage au sort. Il semble avoir évité le service militaire de 7 ans et donc avoir été rappelé quelques... Lire la Suite →

R comme RIGOBERT

Succomber à la bataille de Villersexel RIGOBERT fait partie des énigmes que le Cercle généalogique des Deux-Sèvres n’a pu ou su résoudre. De ce soldat du 39e régiment de marche, nous n’avons qu’un nom ou un prénom donné par le maire de la commune de Chey en 1880. Le fait qu’il n’y ait qu’un seul... Lire la Suite →

Q comme QUINCARLET Charles

Casser sa pipe prisonnier en Allemagne Charles QUINCARLET est né le 10 février 1843 à Exoudun, fils de Jean Quincarlet, journalier, et de Marguerite CHARRAULT son épouse. En 1863, au chef-lieu de canton, La Mothe-Saint-Héray, le jeune cultivateur tire un mauvais numéro et doit partir pour 7 ans de service militaire. Il est considéré comme... Lire la Suite →

P comme PAYNOT Jean-Baptiste

Être blessé (à mort) à la bataille de Beaune-la-Rolande Jean-Baptiste PAYNOT nait à Boismé le 29 novembre 1848, fils de René PAYNOT, métayer, et de Marie MARTINEAU son épouse. En 1868, le jour de la conscription à Bressuire, il habite toujours Boismé où il exerce la profession de cultivateur. Il mesure 1 mètre 68, sait lire... Lire la Suite →

O comme OLEREAU René

Disparaître à jamais René OLEREAU est né le 24 septembre 1845 à Vallans, canton de Frontenay-Rohan-Rohan. Il est le fils de René OLEREAU, cultivateur, et de Louise SARRAZIN son épouse. René OLEREAU est l’exemple-type du jeune homme des Deux-Sèvres décédé durant la guerre de 1870 pour lequel nous ne savons presque rien de plus que... Lire la Suite →

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Nids de MOINEAU

Site généalogique consacré aux MOINEAU de Mauzé-Thouarsais et d'ailleurs.

L'arbre de nos ancêtres

Généalogie deux-sévrienne

genealogiepratique.fr

Pratiquez la généalogie en toute simplicité

La généalogie par GénéaBlog86 !

Généalogie deux-sévrienne

La Pissarderie

Généalogie deux-sévrienne

La Drôlesse

Généalogie en Poitou et Anjou

GeneaTech

Généalogie deux-sévrienne

GÉNÉA79

Le blog du Cercle généalogique des Deux-Sèvres

Nelly, ancêtre du Poitou

Blog généalogique Poitou, Dordogne et Pas-de-Calais

Chemin de Papier

Généalogie deux-sévrienne

La Gazette des Ancêtres

Généalogie deux-sévrienne

De Moi à la Généalogie

Généalogie deux-sévrienne

Lulu Sorcière Archive

Généalogie deux-sévrienne

Gallica

Généalogie deux-sévrienne

Feuilles d'ardoise

Notes généalogiques d'Anjou et d'ailleurs

%d blogueurs aiment cette page :