Mots-clefs

, ,

Si mes ancêtres sont pour une large majorité des paysans, quelques uns font exception. Parmi eux, certains furent procureurs au siège présidial de Poitiers.
C’est la cas des familles Damour et Le Berthon qui unissent deux de leurs enfants. Le dimanche 8 février 1654 à l’église Saint-Cybard à Poitiers, Foy Damour, mon ancêtre au si joli nom, épouse François Le Berthon .

Saint-Cybard Poitiers. Vestige

Vestige d’un chapiteau de l’église Saint-Cybard, Poitiers

François est lui aussi procureur au siège présidial et le couple s’installe dans le centre de la ville. Il fréquente l’église Saint-Porchaire de Poitiers, et leurs dix enfants y sont baptisés.
Foy Damour avait 21 ans lorsqu’elle s’est mariée, elle n’en a que 37 lorsqu’elle décéde en mettant au monde des jumeaux. On peut supposer que le couple vivait dans une relative opulence, mais cela n’a pourtant pas empêché qu’elle meure en couche.
Accoucher a longtemps été risqué pour les femmes, nombre d’entre elles n’y survivaient pas et aucune classe sociale n’était épargnée. Même la noblesse n’y échappait pas : ce fut le cas de Catherine Parr, la dernière épouse de Henri VIII ou encore de Laura Mancini, une des nièces de Mazarin.
Le destin des femmes était alors de se marier, de procréer et trop souvent d’y laisser leur vie.

Publicités