Étiquettes

, , , ,

Aujourd’hui, je vous propose de suivre le parcours de Jeanne Souchard, la demi-sœur de mon ancêtre, Louise Jeanne Bonnet et de son mari René Nargeot, charpentier. Jeanne est issue du premier mariage de Jeanne Guéry avec Jean Souchard. Elle voit le jour le 18 novembre 1744 au Beugnon. Elle n’a que 6 ans lorque son père meurt. Sa mère se remarie ensuite avec Pierre Bonnet et au moins 3 enfants naissent de cette seconde union. Jeanne Souchard se fiance avec René Nargeot, un charpentier,  le 7 janvier 1778 à Champdeniers. Je n’ai rien obtenu d’autre concernant ce couple que ce soit à Champdeniers ou au Beugnon. Cependant, j’ai découvert en 1783 un acte de remariage pour René Nargeot, sur lequel apparait la date et le lieu du décès de se première épouse. J’ai pu ainsi retrouver l’acte de décès de Jeanne Souchard, le 15 mars 1782 à Rochefort, dans la paroisse de Saint-Louis.

SouchardJeanneD1782RochefortAD17

AD17 Rochefort Sépultures Paroisse de Saint-Louis et Hôpital Saint-Charles, vue 147

Sur l’acte, est mentionné que son époux, René Largeau et non Nargeot, patronyme sans doute peu courant en Aunis, est charpentier de marine. En poursuivant mes recherches j’ai finit par trouver qu’ils avaient eu une fille, Jeanne Marie, née le 28 décembre 1779 dans la même paroisse. Jeanne et René ont donc vécu de 1779 à 1782 à Rochefort où René était charpentier de marine.

joseph_vernet_vue_du_port_de_rochefort_prise_du_magasin_des_colonies

Vue du port de Rochefort depuis le magasin des colonies, Claude Joseph Vernet (1714-1789)

L’histoire de Rochefort est étroitement liée à celle de la marine à voile. Aux alentours de 1660, la marine française, créée par Richelieu est en mauvais état. Louis XIV demande à Colbert de trouver un lieu sur la côte Atlantique capable d’accueillir un arsenal qui devienne un lieu de « refuge, de défense et d’approvisionnement ». Rochefort est choisi en 1665. L’arsenal, accueillant ateliers et magasins, et le bâtiment de la corderie royale sont alors construits. La ville se développe rapidement et la construction navale se fait à un rythme très soutenu (près de 49 navires jusqu’en 1692 et environ 350 bateaux au total).Citation_rochefort Les besoins en main-d’œuvre sont importants à cette époque et on recrute des ouvriers bien au delà de Rochefort et sa région. Pour leur part, Jeanne et René ont parcouru plus de 80 kilomètres pour rejoindre ce port. Quand ils arrivent, la construction bat son plein. René travaille peut-être sur l’Hermione puisque la frégate à voiles de la Marine Royale appareille le 21 mai 1779, ou encore sur la Fée lancée en 1780. Cela doit être un grand changement de vie pour Jeanne et son mari qui ont passé toute leur jeunesse au cœur de la campagne poitevine.
La vie dans une ville portuaire ne ressemblait pas à celle d’un village au cœur du Poitou, je vous en parlerai lors d’un prochain article.

Sources :
Le patrimoine industriel en Poitou-Charentes, l’arsenal de Rochefort
Wikipédia, article sur Rochefort
Arsenal et Corderie Royale de Rochefort, XVIIe, XIXe siècle
Histoire de Frégates

Publicités