euh

dessin extrait de « La Rubrique-à-brac » de Gotlib (éd. Dargaud)

L’incertitude est quelque chose de souvent ressenti quand on fait de la généalogie. Ce n’est pas un mal car, comme dans la vie, il faut éviter d’être trop sûr de soi.

Quand on débute, il y a  tout d’abord les nombreux pièges de la lecture des actes qu’il faut éviter : les homonymies, les différentes graphies des noms propres, les écritures plus ou moins lisibles, les erreurs de transcription… les raisons de se tromper ne manquent pas et tout cela est source d’hésitation.

Avec l’expérience, maintenant, mes « EUH… » les plus fréquents concernent plutôt l’écriture que je dois adopter pour les noms propres (lieux, prénoms, noms de famille…). Ceux-ci ont varié énormément, en fonction des époques et des endroits, évidemment, mais aussi du niveau d’instruction des rédacteurs. Sur le même acte, une personne ou un lieu peuvent être écrits de deux ou trois façons différentes. Sur toute une vie, une même personne peut voir son nom rédigé de plus de dix manières. Quelle graphie dois-je mettre en avant sur mes documents personnels : arbres, fiches individuelles, blog… ?

J’ai résolu le problème assez vite et assez facilement pour les lieux (villes, villages, hameaux, châteaux…) des Deux-Sèvres où se trouve la majeure partie de ma généalogie. J’utilise le « Dictionnaire topographique des Deux-Sèvres » de Bélisaire Ledain (quel beau prénom !) accessible depuis Gallica. Il a été édité en 1902 mais les toponymes ont assez peu évolué depuis. Cependant, j’ai encore et toujours des incertitudes quand je visite virtuellement d’autres départements français que, de surcroit,  je connais moins.

BélisaireLedain

Bélisaire Ledain (1832-1897)

Pour les prénoms, je sais bien que leur écriture est libre aujourd’hui et je le vois bien dans l’état civil contemporain qui accepte de très nombreuses formes. Cependant, je considère quand même que des graphies comme « Anriette » ou « Jeaque » sont des maladresses et je préfère rétablir « Henriette » et « Jacques ». En règle générale, je choisis l’écriture actuelle la plus courante, par exemple « Jean » au lieu de « Jan » ou « Jehan ». Il reste quelques doutes à avoir notamment sur les prénoms rares du XIXe  (Bélisaire !!!).

Mais le grand Embêtement (avec un grand EUH), c’est évidemment d’écrire les noms de famille. Et là je dois dire que je ne l’ai pas encore résolu. Avant le début du XXe siècle, les patronymes sont loin d’être fixés, alors que l’état civil existe depuis plus de 100 ans. Le besoin d’une écriture stable se fait davantage ressentir. Je l’ai vu, dans mon arbre, avec une décision de justice prise pour changer et fixer les noms (et prénoms) d’un couple de mes aïeux, Pierre-Jacques Blay et Marie-Françoise Merceron en 1906. Ces modifications sont en partie retranscrites en marge sur leur acte de mariage de 1867 (par décision du tribunal civil de Bressuire rendu le 3 janvier 1906, l’acte ci-contre demeure rectifié en ce sens que le nom patronymique du futur, Blais, sera remplacé par celui de Blay, et qu’il y sera prénommé Pierre-Jacques au lieu de Pierre). On retrouve le même texte de façon plus complète en marge de l’acte de décès du mari en 1895 (…que les prénoms de sa femme seront Marie-Françoise au lieu de Marie et que le nom patronymique de la mère du défunt sera Cailleaud au lieu de Caillaud).  Malgré cette décision, le patronyme Blais connaît encore des variations puisque, en 1940, le nom de la petite-fille de Pierre-Jacques Blay (ma grand-mère) est orthographié « Blai » sur sa carte d’identité.

Il est donc logique que, dans mon arbre généalogique et celui de mon épouse, il reste de très nombreux noms de famille sur lesquels nous hésitons toujours sur l’écriture à adopter. La différence peut être une simple lettre. Elle peut être phonétique. Faut-il écrire :
-Blais, Blay ou Blai
-Grelier ou Grellier
-Turpeau, Turpault ou Turpaud
-Airaud, Hérault, Erault, Eyraud ou Ayreau…
-Dahays ou Delahaye
-Brédoire ou Bourdevère ???

Pour Ledain, je suis tranquille je n’en n’ai pas dans mon arbre. Sinon, si quelqu’un a une solution pour l’écriture des noms de famille, je l’accepte volontiers. EUH…. si elle me convient !

Publicités