yip-piii

dessin extrait de « Rodéo » de Morris (éd. Dupuis)

YIP-PIII !! On approche de la fin du challenge AZ mais ce n’est pas pour cela que je pousse un cri de joie. Non, c’est  pour moi, comme je l’avais promis, le moment de faire le contrepoids à l’article « JUT » qui recensait toutes les petites tracasseries que  je pouvais éprouver en faisant de la généalogie. Je dis YIP-PIII !! car il y a surtout du positif avec cette passion ! Je vous le détaille ci-dessous.

La généalogie est une activité très ludique, qui fait appel à la réflexion : résoudre des énigmes c’est passionnant. Pour trouver un ancêtre, il y a tous les degrés de difficultés (comme aux mots croisés, de force 1 à force 6). La partie peut durer de 5 minutes à plusieurs années. Quand je trouve un acte manquant ou un ascendant, le sentiment que j’éprouve est très proche de celui du joueur d’échec (belote, Catane, bataille… rayez les mentions inutiles) ayant triomphé (Ouais, Yes, Hourra, Youpi, Yip-piii…)

La généalogie est une activité plus socialisante que prévu. Je n’en étais pas persuadé au début puisque la recherche maintenant se fait pour l’essentiel facilement chez soi devant son ordinateur (et cela me convenait très bien). Mais voilà, on éprouve assez vite l’envie et le besoin de partager, de croiser ses découvertes, de donner et de recevoir. La mise en ligne de mon arbre est le premier pas qui me l’a permis, avec les interrogations d’autres généalogistes et les échanges qui s’en suivent. J’ai aussi depuis peu rejoint le dynamique cercle généalogique de mon département qui m’a tant apporté par son site de recherche et à qui je donne avec plaisir un peu de mon temps. Le blog, le challenge me permettent aussi de rencontrer d’autres univers familiaux, d’autres histoires et d’échanger avec d’autres blogueurs que je devine sympathiques et passionnés.

La généalogie est une activité qui permet de se cultiver, d’apprendre. Quand je fait des recherches sur mes aïeux, j’éprouve la nécessité de donner du sens : je dois comprendre ce qu’ont vécu mes ancêtres, placer leurs vies dans un contexte historique, économique, social, technologique… Et pour cela , il faut chercher, confronter, lire et finalement apprendre sur des domaines variés auxquels je n’aurais jamais pensé m’intéresser un jour (le climat, l’élevage, la médecine, la législation…)

La généalogie est une activité qui suscite des émotions, des sentiments, des empathies. C’est parfois (souvent) de la tristesse voire de l’effroi. Combien de fois ai-je été ému par les bribes de vie de mes ancêtres, ces familles aux destins tragiques qui voyaient mourir précocement tant d’enfants, ces mères qui mourraient en couches, ces pères décédés trop tôt, ces morts dans la misère. Et puis j’ai découvert dans les actes les ravages des guerres de Vendée, des guerres napoléoniennes, j’ai vu aussi dans les registres militaires toutes ces vies brisées ou blessées en 14-18. Et il y a ces années où les décès étaient si nombreux suite aux épidémies, aux famines, au froid… Heureusement, il y a aussi des joies cachées dans les actes, ces vies que je devine ou que je suppose heureuses et longues… ces mariages qui étaient l’occasion de réunir la famille, de fêtes… ces quelques ancêtres qui s’élèvent socialement ou qui réussissent professionnellement. Je perçois aussi des amitiés, des fidélités, avec des personnes présentes à tous les mariages, des liens tissés entre familles visibles lors des baptêmes par le choix répété des mêmes parrains et marraines.

La généalogie est une activité moderne, en pleine mutation, qui oblige à se tenir au courant des nouvelles technologies (c’est davantage Sylvie que moi, mais je m’y mets). C’est un plus si on s’intéresse aux réseaux sociaux, à la veille et au partage, à la retouche d’image, à la recherche en ligne… tout en continuant à déchiffrer aux archives départementales des actes notariés vieux de plusieurs siècles.

Je résume : la généalogie, c’est ludique, socialisant, source de culture, émouvant, moderne, et j’en oublie sans doute… Il y manque sans doute un petit aspect sportif mais il ne tient qu’à chacun de l’ajouter en allant aux archives en courant ou à vélo. Vous en connaissez beaucoup d’activités qui ont autant de qualités ? Moi pas, à part bien sûr la lecture de bandes dessinées. Alors je dis, la généalogie « YIP-PIII !! »

thorgal2

Arbre généalogique de Thorgal, héros de B.D. de Jean Van Hamme et Grzegorz Rosinski

Publicités