Étiquettes

, ,

Abbaye de Nueil-sur-l'Autise, carte postale ancienne

Abbaye de Nueil-sur-l’Autise, carte postale ancienne

Le 19 juin 1697, on célèbre un double mariage en l’église de Nieul-sur-l’Autise
en Vendée, celui de Mathurin Métayer avec Marie Moreau (mes ancêtres à la 9e génération) et celui de François Moreau avec Marie Métayer.

Nous sommes en 1697, aux portes de notre actuel marais poitevin. Nieul-sur-l’Autise est un petit bourg qui ne doit guère compter plus de 700 âmes. Il s’est développé autour de son abbaye fondée en 1068, sous la protection des comtes du Poitou et des ducs d’Aquitaine. On raconte qu’Aliénor d’Aquitaine y serait née en 1122. En tout cas, c’est elle qui lui accorde son statut d’abbaye royale. Nous sommes aussi tout près de la grande abbaye de Maillezais qui a accueilli des visiteurs célèbres comme Rabelais.
Revenons à notre double mariage.
Mathurin et Marie Métayer sont frère et sœur, nés à Nieul, sans doute au lieu-dit Puyletard, Marie et François Moreau sont aussi frère et soeur, nés dans la paroisse de Chalais (aujourd’hui commune de Saint-Pierre-le-Vieux).

NieulSurLAutise_Cassini

Carte de Cassini, extrait

La veille de cette double union, le 18 juin 1697, un autre mariage est célébré à Nieul, celui de Pierre Moreau et Michèle Macaud. Pierre est le père de Marie et François Moreau et Michèle est la mère de Mathurin et Marie Métayer. Pierre et Michèle, veufs tous les deux, se marient dans la même église qui accueillera leurs enfants le lendemain.

N°709x710-M1697-Nieul-141-AD85

AD85 Nieul-sur-l’Autise, BMS 1679-1697, vue 141

Il m’est déjà arrivé de trouver des parents veufs qui se marient en même temps que leurs enfants. Dans le cas présent, je sais que les deux couples de jeunes mariés vont s’installer à Puyletard car j’ai trouvé des naissances dans les années qui suivent. Par contre, je ne sais pas ce qu’il est advenu des parents pour l’instant. Leur mariage me laisse supposer qu’ils se sont installés avec leurs enfants. En effet, l’Église à l’époque ne peut admettre que deux veufs demeurent ensemble sans être mariés, la bénédiction nuptiale est alors la solution, surtout dans un village proche d’une abbaye.
Il s’agit sans doute d’un mariage de raison plutôt que d’amour, mais sait-on jamais !

 

Advertisements