Littérature et généalogie
Le crime de l’Orient-Express : une enquête généalogique.

crime_orient_expressJ’ai remarqué que beaucoup de généalogistes aiment, à partir de la vie de leurs ancêtres ou d’archives, raconter des affaires criminelles. Je l’ai fait moi-même pour le challenge AZ de l’an dernier avec l’article PAN ! PAPAPAPAN ! PAN ! Jean-Michel (Maiores Nostri) nous offre régulièrement  des faits divers sanglants relevés dans la presse des siècles derniers comme Une fillette homicide. Je me rappelle aussi Lolo Heureuse (Un jour… une éternité…) qui nous a raconté avec Toi… ma tueuse le destin d’une infanticide… Cela donne parfois des billets qui évoquent le polar tel celui de Pauline (Canopée) dans L’attentat de la rue Saint-Nicaise.

Cet intérêt commun pour roman policier et généalogie s’explique par les nombreuses analogies entre les deux. Dans un domaine comme dans l’autre, il y a enquête et cette enquête concerne le passé. Nous sommes des détectives comme Miss Marple quand nous cherchons à découvrir la vie de nos ancêtres et qu’il nous faut remonter le temps. Et Hercule Poirot est généalogiste comme nous, surtout quand l’enquête tourne autour d’une famille liée par un secret profondément caché.

C’est le cas avec Le crime de l’Orient-Express, classique de la reine du roman policier, Agatha Christie. La victime, c’est Mr Ratchett, un riche Américain, dont le cadavre est retrouvé poignardé dans un wagon du célèbre train.


– La porte était fermée et la chaînette mise à l’intérieur, répéta Poirot. Ne s’agirait-il point d’un suicide ?
Le docteur grec fit entendre un rire sarcastique.
– Un homme se suicide-t-il en se donnant des coups de couteau en dix ou douze endroits ?


film_orient_express

Photo du film « Le crime de l’Orient-Express » de Sidney Lumet (1974)

Les suspects sont les autres passagers du wagon et l’enquêteur est donc Hercule Poirot. Pour débrouiller cette énigme, il va devoir mener un vrai travail de généalogiste : débusquer les nombreux liens familiaux ou professionnels qui unissent les voyageurs, découvrir un secret de famille pour, à la fin, résoudre l’enquête. Aux rares qui ne connaissent pas la solution du mystère, je ne veux rien révéler de plus. Agatha Christie a un certain sens de la famille, du moins dans ses livres, et il est peu fréquent que coupable et victime aient des liens familiaux entre eux. Mais elle a aussi beaucoup de talent et sait jouer avec les règles du roman policier tel qu’il était codifié à son époque. Dans ce livre, Hercule Poirot arrive à découvrir la vérité grâce à son enquête généalogique et Agatha Christie, la Reine du Crime, nous surprend une fois de plus.

Publicités