paco roca maison

La maison de Paco Roca, éd. Delcourt/Mirages

Suite de nos chroniques littéraires et généalogiques.

Paco Roca est un auteur de BD qui m’a déjà enchanté. J’avais parlé en mars de son roman graphique La Nueve consacré aux républicains espagnols ayant participé à la libération de Paris en 1945 avec leur capitaine Raymond Dronne. Aujourd’hui, il récidive avec une histoire familiale, son histoire, qui parle de filiation, de transmission et d’héritage dans tous les sens du terme. Tout ce qui devrait intéresser les généalogistes !

L’habitation du titre, c’est celle d’Antonio. C’est aussi toute la vie de cet homme, simple travailleur, qui l’a construite entièrement de ses mains pour lui et pour sa famille. A son décès, les 3 enfants José, Vicente et Carla retournent sur les lieux où ils ont passé leur jeunesse. Faut-il vendre ou faut-il garder la maison ? Leur personnalité, leur vécu, leurs souvenirs d’enfance, leur relation avec leur père sont très différents et pourtant, il faut arriver à faire un choix ensemble.

la-maison-paco-roca-arbre-genealogiquePaco Roca, dans un registre intime, nous fait partager une belle histoire familiale, en grande partie autobiographique. Une histoire contemporaine autour de sa fratrie. Une histoire d’autrefois, avec les réminiscences du passé, les souvenirs de jeunesse mais aussi l’évocation de la vie du papa. Du coup, il y a même un un arbre généalogique. Mais il y a également d’autres feuillus (un amandier, un oranger…) car le jardin a aussi son importance. Le livre alterne donc les séquences où les enfants d’Antonio essaient d’entretenir cette maison de bric et de broc, et les flashbacks dans ce même lieu.

Paco Roca nous emmène en Espagne, ce qui est bien agréable. Le livre parle aussi de la mort, de l’accompagnement, pourtant ce n’est jamais pesant. Bien au contraire, il reste à la fin du livre en mémoire un témoignage d’amour filial très touchant et bien servi par un dessin efficace et agréable.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités