coquelicotsEncore un BD à lire aussi avec un regard de généalogiste. Coquelicots d’Irak (éd. L’Association) évoque l’enfance et la jeunesse de Brigitte Findakly. Cette coloriste, épouse du dessinateur Lewis Trondheim, raconte dans ce livre sa vie et celle de ses proches à Mossoul en Irak dans les années 60, puis en France à partir des années 70. On découvre donc son milieu familial et social, un père dentiste, une mère française tous les deux chrétiens, des voisins et amis musulmans. La BD montre à travers les yeux d’une petite fille l’histoire tourmentée de l’Irak, ses crises, ses coups d’état, ses guerres. Ce livre est le résultat d’un travail de couple (un peu comme pour Sylvie et moi sur ce blog !) : Brigitte Findakly par petites séquences retrace son enfance et son exil, et son mari Lewis Trondheim met tout cela en images.

La généalogie est en plus particulièrement présente dans ce livre.
– On y parle bien sûr des origines. L’histoire des ancêtres de l’auteure est retracée depuis plus de 700 ans : on apprend qu’ elle est issue d’une tribu arabe sédentarisée à Mossoul qui a fourni de nombreux bâtisseurs.
– On découvre une famille, elle est le prisme par lequel l’histoire du pays est évoquée mais elle existe aussi en tant que telle.
– On y raconte l’exil, vécu différemment selon les personnes, et les nombreux problèmes administratifs qu’il entraîne. Cet exil est même une diaspora pour les chrétiens d’Irak, les cousins et amis de l’auteure étant dispersés sur tous les continents.
– On y aborde enfin, sans en avoir l’air, de grands thèmes sociétaux : l’intégration, la culture, la religion…

coq-irakL’exil, les origines, la famille, la religion, la guerre… tout cela devrait inciter les férus de généalogie à lire cet excellent album pré-publié dans le journal le Monde. Et si vous aimez, vous adorerez lire aussi L’Arabe du futur de Riad Sattouf ou Persépolis de Marjane Satrapi qui, avec énormément de talent chacun, racontent une enfance, leur enfance entre Orient et Occident.

Publicités