Mots-clefs

,

Dans nos généalogies, nous trouvons tous des enfants nés hors mariage, reconnus par leur père au moment de la cérémonie ou encore nés avant les 9 mois réglementaires ! Je viens de découvrir un cas que je n’avais jamais envisagé, celui d’un enfant né le jour du mariage de ses parents.

Mariage_bebeLe 3 mai 1836, Delphin Texier, maire, officier d’état civil de la commune de Scillé dans la Gâtine deux-sévrienne, va avoir fort à faire.
Ce jour-là, il célèbre le mariage de Pierre-René Morisset et de Jeanne-Victoire Brémond. Cette union a lieu sans les parents de l’époux. Pourtant, ceux-ci habitent à Saint-Paul-en-Gâtine, à seulement 7 kilomètres de là. Ils ont toutefois donné leur consentement par acte notarial le 2 mai 1836 devant maître Texier, notaire à l’Absie. Les bans avaient été publiés en janvier dans les 2 communes, le mariage était donc prévu de longue date. Si les parents du marié sont absents, Gabriel Brémand, le père de la mariée, est là. Quant à Pierre-René, il est accompagné d’un ami, Pierre Renaudeau.

Mais quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que ce même jour, le marié Pierre-René Morisset, déclare à 10 heures du matin, la naissance de son fils prénommé Pierre-René comme lui. Il indique que l’enfant, né à 8 heures du matin, est son fils et celui de sa légitime épouse, Jeanne-Victoire Brémand. Les témoins sont Gabriel Brémond, fermier demeurant à Scillé, et Pierre Renaudeau, propriétaire à Scillé… les mêmes témoins qu’au mariage !

Morisset_Pierre_Rene_N1836_Scille

AD79 Scillé Naissances 1836-1862, vue 2

Cela explique sans doute l’absence des parents du marié. Peut-être n’ont-ils pas souhaité voir la mariée enceinte de 9 mois, peut-être ont-ils eu peur de ce qui est finalement arrivé : un accouchement le jour du mariage ! Le maire ne donne pas l’heure du mariage. Cependant, la déclaration de naissance a été faite à 10 heures et il y est écrit que la mère est « épouse légitime ». Je peux donc supposer que le mariage s’est fait juste avant cette déclaration de naissance. Cela n’a sûrement pas été facile pour Jeanne-Victoire d’aller à son mariage moins de 2 heures après la naissance de son enfant. Elle est bien présente puisque le maire précise que les 2 époux ont répondu « séparément et affirmativement ».

Morisset_Bremaud_M1836_Scillé

AD79 Scillé Mariages 1836-1862, vue2

Je n’ose imaginer la mariée ! L’accouchement a peut-être duré toute la nuit (c’est un premier enfant). Physiquement, elle doit être éprouvée, même si à l’époque les femmes reprenaient le travail tout de suite après la naissance. En tout cas, la mariée n’a sans doute pas passé beaucoup de temps à sa toilette ce jour-là.
Oui, le maire a été bien occupé le 3 mai 1836, mais celle qui a eu la journée la plus difficile, c’est sans conteste Jeanne-Victoire !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités