Jusqu’à ce début d’année, je n’avais lu aucun des nombreux Dictionnaires amoureux édités chez Plon. Il y en a pourtant sur tous les sujets : dictionnaire amoureux du vin, du rock, des papes, du rugby, de l’humour, de la Grèce, de la cuisine… et même des dictionnaires ! Moi, celui qui m’a fait découvrir cette collection, allez savoir pourquoi, c’est le Dictionnaire amoureux de Tintin, écrit par Albert Algoud. Le principe pour chaque ouvrage est le même : expliquer une passion, presque amoureuse, à partir des mots qui évoquent cette admiration. Je ne sais pas ce que vaut chaque livre de cette collection éclectique mais beaucoup de sujets et d’auteurs donnent envie de s’y plonger.dic amour En tout cas, celui sur Tintin m’a énormément plu, et même davantage que je ne l’espérais, car il m’a donné l’idée de mon Challenge AZ 2017 : rédiger mon Dictionnaire amoureux de la généalogie. Si l’éditeur est intéressé, la couverture est déjà prête ! Ce sera en toute modestie car je n’ai ni le talent, ni la notoriété des auteurs qui se sont essayés à cette collection. Par contre, je suis comme eux un passionné et je vais essayer de le montrer en 26 lettres et 26 jours tout au long de ce mois de juin. À très bientôt !

P.S.1 Pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore, le challenge AZ est un événement créé par Sophie Boudarel. C’est l’occasion pour des généalogistes blogueurs de publier chaque jour du mois de juin (sauf les dimanches !) un article consacré à leur passion. 26 articles donc, dont le titre se doit d’être décliné de A à Z. J’y ai déjà participé en 2015 (Challenge AZ en B.D.) et en 2016 avec Sylvie (Littérature et généalogie). Pour retrouver tous les jours les articles de tous les participants au challenge 2017 (et aussi des années précédentes), il existe une revue Flipboard qui agrège toutes les parutions.

P.S.2 : Participer au Challenge AZ implique d’aimer les contraintes (le titre dans l’ordre alphabétique, le choix d’une thématique bien souvent…). C’est plus fort que moi, je m’en suis rajouté une autre : illustrer chaque article avec une image extraite du site de la BnF. Il faut bien que je montre à Sophie que j’ai su profiter de la formation, consacrée à la recherche sur Gallica qu’elle a animée à la Revue Française de Généalogie !

Publicités