Il est des branches que l’on néglige un peu dans nos recherches (en tout cas c’est mon cas), c’est pourquoi j’ai décidé de m’intéresser à nouveau aux bouts de branches auxquelles j’avais consacré peu de temps.

bureau_carnetC’est le cas pour ma sosa 365 Marie-Élisabeth Savin, qui a vécu dans la paroisse du Busseau. Je me suis replongée dans les actes sur lesquels je n’étais pas revenue depuis plusieurs années. J’ai posé un regard nouveau sur mes documents ; cela, ajouté à quelques années supplémentaires de pratique généalogique et à une attention accrue aux détails, m’a permis de faire des découvertes intéressantes.

Je ne dispose pas de son acte de mariage avec mon ancêtre Pierre Dahay, uniquement celui de ses secondes noces avec Louis Mercier. Par contre, j’ai son acte de décès que j’ai étudié à nouveau. J’avais déjà noté la présence d’un neveu, René Soulet, sans avoir pu trouver plus d’informations. J’ai repris cette piste qui s’est avéré aussi complexe que lors de ma première recherche, car ni chez les Savin, ni chez les Dahay, je n’ai trouvé d’épouse Soulet. J’ai pensé qu’il pouvait être un neveu du second époux, Louis Mercier, mais rien non plus de ce côté. Puisque cette piste s’avérait infructueuse, je me suis alors tournée vers le prénom de l’épouse : Marie-Élisabeth est un prénom composé assez rare. J’ai repéré dans la paroisse voisine de La Chapelle-Thireuil  un couple, Jacques Savin et Marie Robin, dont une des filles s’appelait ainsi. J’ai alors commencé à construire en parallèle l’arbre du couple en espérant le relier à mes ancêtres. Les actes les concernant sont nombreux et j’ai pu retrouver leur mariage (qui mentionne leurs parents) et leurs enfants. Jacques Savin et Marie Robin ont eu 7 enfants, 2 ont une descendance connue : Pierre Savin et Marie Savin. Hélas, à aucun moment il n’est fait mention d’un gendre nommé Pierre Dahay. C’est finalement Marie Savin qui va m’apporter quelques réponses, mais là encore après de nombreuses recherches. Elle épouse Jean Beaubeau dont elle a 7 enfants. Son mari meurt en 1738, à l’âge de 40 ans et l’année suivante elle se remarie avec Jean Fevre/Saivre (le nom varie selon les actes). De cette nouvelle union naissent 4 enfants parmi lesquels une fille, Marie Fevre, laquelle épouse quelques années plus tard un certain… René Soulet. Par son mariage René Soulet devient donc le gendre de Marie Savin. Marie-Élisabeth Savin, tante de René Soulet, est la sœur de Marie Savin. Jacques Savin et Marie Robin leurs parents sont bien mes ancêtres !

arbre_savin_robin

Depuis, j’ai poursuivi l’observation des données en ma possession et j’ai confirmé cette filiation grâce à un autre témoin caché dans l’acte du second mariage de Marie-Élisabeth Savin. Et voilà comment, j’ai pu ajouter non pas 2, mais 6 sosas à mon arbre, puisque l’acte de mariage de Jacques Savin et Marie Robin mentionne leurs parents ! La généalogie demande attention, patiente et persévérance, des qualités qui un jour ou l’autre sont payantes et nous aident à débloquer des épines généalogiques.

Publicités