D comme : Dynasties de meuniers

bandeau

On est souvent meunier de père en fils ! Comme pour d’autres professions, les fariniers restent entre eux, ils épousent fréquemment les enfants venus d’autres moulins et quand arrive un chasseron, fils de paysan, il n’est pas rare de le voir se marier avec la fille de la maison.

Lors de ce challenge, Raymond va évoquer plus longuement sa famille Giret, 5 générations de meuniers à Clazay et à Terves ; pour ma part, j’ai 2 grandes dynasties de meuniers : les Guéry et les Chenu, toutes 2 vivent et travaillent sur la Sèvre niortaise et les ruisseaux qui l’alimentent.

Chez les Guéry, on est meunier de père en fils sur au moins 4 générations.
Le premier dont je suis sûre est Pierre Guéry : il se marie en 1721 avec la fille du meunier des Estrées à Breloux (La Crèche), là où il semble travailler. Il n’est donc pas allé bien loin pour trouver une épouse !

moulin_chalusson
Moulin de Chalusson

Je suppose que les parents de Pierre sont aussi meuniers, et sans doute protestants, ce qui complique mes recherches ! Après les Estrées, Pierre va travailler dans un moulin de Cherveux puis à Chalusson, paroisse de Saint-Gelais. La couple a 8 enfants, 7 garçons et 1 fille. Au moins 4 des garçons deviennent meuniers et Marie, la seule fille, en épouse un. J’ai déjà évoqué Pierre et son épouse Madeleine Chantecaille dans le dernier des articles que j’ai consacré à mes Meuniers le long de la Sèvre.

 

saint_gelais_sevre
La Sèvre niortaise à Saint-Gelais

Je descends du sixième fils, Pierre-Louis, lequel épouse en 1761 la fille d’un laboureur venu du Cantal ; il aura 3 garçons et 4 filles. Il semble avoir toujours vécu à Chalusson de Saint-Gelais, et peut-être dans d’autres moulins du village. Ses 2 aînés, dont mon aïeul François, deviennent à leur tour meuniers. Quand François se marie en 1805, il s’unit avec la veuve d’un maréchal. À ce moment-là, il est farinier au moulin des Habites à Saint-Maxire. Mais il est le dernier de cette lignée à exercer ce métier, ses 2 fils seront fermiers.

Les Chenu sont des meuniers protestants. Là aussi j’ai plus de mal à remonter l’histoire familiale. Mon ancêtre le plus ancien sur cette branche, Paul Chenu, est sans doute meunier, mais je n’en ai pas la preuve. Son fils Jean, qui abjure en 1681 au moment de la 1ère dragonnade en Poitou, est moulinier. À 22 ans, il épouse une veuve de 10 ans son aînée. Je pense qu’il a continué de pratiquer la religion de Calvin car je ne trouve aucun des baptêmes de ses 3 enfants. En 1702, il habite paroisse de Sciecq sans que je sache précisément où.
Pierre, son fils, mon ancêtre, est lui aussi meunier. Après son mariage en 1727, je le retrouve au moulin de Compéré à Sainte-Pezenne. Je lui connais 4 filles mais aucun fils. Au moins 3 se marient avec des meuniers : l’ainée, Louise épouse le meunier de Mursay à Échiré, Catherine s’unit au moulinier de Grange à Sainte-Pezenne, un jeune veuf de 28 ans. Enfin, mon ancêtre Marie épouse en 1755 François Hurtault qui travaille au moulin de Compéré puis au moulin d’Anne, toujours à Sainte-Pezenne. Chez les Chenu, les filles, par leur mariage, poursuivent la tradition familiale de la meunerie. J’ai aussi parlé de Marie et de son père dans le 1er article sur mes Meuniers le long de la Sèvre.

 

Moulin_Anne_sevre
Le moulin d’Anne

Ces familles sont à l’image de beaucoup d’autres à l’époque, elles se marient entre elles et restent dans une même zone géographique. Au cours du XIXe siècle, quand la meunerie commence à décliner remplacée par quelques grosses minoteries plus rentables, les dynasties de meuniers vont disparaître et les descendants des Chenu et les Guéry vont devoir changer de métier.

Publicités

2 commentaires sur “D comme : Dynasties de meuniers

Ajouter un commentaire

  1. Il me semble que mes enfants ont des meuniers en bord de Loire mais je n’ai pas encore travaillé dessus. Votre thème me permet déjà d’en connaître plus chaque jour. Très intéressant ! Continuez

    Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

L'arbre de nos ancêtres

Généalogie deux-sévrienne

genealogiepratique.fr

Pratiquez la généalogie en toute simplicité

La Pissarderie

Généalogie deux-sévrienne

Chroniques d'antan et d'ailleurs

Voyages sur les traces des ancêtres de mes enfants

La Drôlesse

Généalogie en Poitou et Anjou

GeneaTech

Généalogie deux-sévrienne

GÉNÉA79

Le blog du Cercle généalogique des Deux-Sèvres

Nelly, ancêtre du Poitou

Blog généalogique Poitou, Dordogne et Pas-de-Calais

Parentajhe à moé

Ma généalogie en Poitou

Chemin de Papier

Généalogie deux-sévrienne

La Gazette des Ancêtres

Généalogie deux-sévrienne

De Moi à la Généalogie ...

Généalogie deux-sévrienne

Lulu Sorcière Archive

Généalogie deux-sévrienne

Gallica

Généalogie deux-sévrienne

Feuilles d'ardoise

Notes généalogiques d'Anjou et d'ailleurs

%d blogueurs aiment cette page :