O comme : Orge

bandeau

Le semeur, 1850, Museum of Fine Arts, Boston.
Le semeur de Millet, 1850, Museum of Fine Arts, Boston.

Pour que les roues ou les ailes du moulin tournent utilement, il faut du grain à moudre. Et ce grain, ce sont les paysans qui l’apportent au meunier.
Les céréales étaient cultivées pour faire la farine qui servait à faire le pain. Si le métier de boulanger est attesté dans les campagnes, beaucoup de familles faisaient elles-mêmes leur pain au four banal. Ce n’était pas le cas pour la farine. Les paysans amenaient donc leurs grains au meunier qui le leur rendait sous forme de farine, non sans avoir prélevé leur part.

J’ai une idée des céréales cultivées en Poitou grâce à plusieurs sources :

  • Les digressions de curés dans les registres paroissiaux,comme celui de Fenioux après le « Grand Hiver » de 1709 : ...presque tous les blés en ont été gelés… on a eu recours aux baillarges et blés noirs, ce qui les a fait valoir un prix pour ainsi dire incroyable puisque la baillarge s’est vendue… quatre livres dix sous, et le blé noir vingt-quatre livres le boisseau… le froment a valu pour semer, lorsqu’il était bon et nouveau, dix livres et le seigle cinq livres… et même jusque à la récolte de l’année 1710… (AD79 BMS Fenioux 1699-1721)
  • Le rapport sur l’état des moulins en Deux-Sèvres en 1809 qui parfois indique à quelles céréales étaient dédiés les moulins : Cerisay : pour le froment…, pour le seigle… / Le Puy-Saint-Bonnet : il ne moud que du seigle / Mauzé-Thouarsais : les meules à froment…  (AD79 6M464) Il produisent donc selon les cas de la farine blanche ou de la farine brune.
  • Le mémoire du préfet Dupin sur les Deux-Sèvres à la même époque qui détaille pour chaque commune les cultures : Clazais… son territoire qui produit seigle, blé noir, avoine… / Saint-Laurs… les terres labourables sont d’un médiocre produit et donnent froment, baillarge, seigle ,blé noir, avoine
  • Plusieurs inventaires de fermes familiales au XIXe, où tout est détaillé y compris les récoltes : 220 hl de froment, 9 hl de froment, 3 hl de blé noir, 40 hl d’avoine (source familiale, inventaire de la ferme des Touches à Terves en 1884)

Mes ancêtres paysans des Deux-Sèvres cultivaient donc :

  • L’orge : dans le Poitou, on l’appelait la baillarge (car elle baille et donne beaucoup). Au Moyen-Âge, on en faisait du pain pour les paysans. À l’époque que je peux étudier, elle sert surtout à l’alimentation animale.
  • Le froment : c’est le blé tendre et donc facile à écraser. Il est cultivé pour sa farine, et panifiable. Dans les périodes les plus anciennes, sa farine était réservée aux plus aisés. À Terves, les moulins de Couard et du Cornet sont spécialisés pour moudre ce type de grain.
  • Le sarrasin : appelé blé noir, on peut en faire de la farine pour des galettes mais comme elle n’est pas panifiable, il va plus rarement au moulin.
  • L’avoine : il sert surtout à l’alimentation animale. Il peut être concassé au moulin.
  • Le seigle : on en fait une farine panifiable, plus rustique que celle de froment. Le moulin du Cornet à Terves faisait de la farine de seigle.

 

 

 

3 commentaires sur “O comme : Orge

Ajouter un commentaire

  1. Decidement, j’aime beaucoup vous suivre, Sylvie et toi, sur les traces de vos meuniers ! J’ai découvert que j’ai moi aussi une famille de meuniers, sûrement protestants, dans les Cévennes… Je vais certainement m’inspirer de vos articles pour mener des recherches sur eux… Merci de partager tout ça avec nous !!!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Nids de MOINEAU

Site généalogique consacré aux MOINEAU de Mauzé-Thouarsais et d'ailleurs.

L'arbre de nos ancêtres

Généalogie deux-sévrienne

genealogiepratique.fr

Pratiquez la généalogie en toute simplicité

La généalogie avec GénéaBlog86 !

Généalogie deux-sévrienne

La Pissarderie

Généalogie deux-sévrienne

Chroniques d'antan et d'ailleurs

Voyages sur les traces des ancêtres de mes enfants

La Drôlesse

Généalogie en Poitou et Anjou

GeneaTech

Généalogie deux-sévrienne

GÉNÉA79

Le blog du Cercle généalogique des Deux-Sèvres

Nelly, ancêtre du Poitou

Blog généalogique Poitou, Dordogne et Pas-de-Calais

Chemin de Papier

Généalogie deux-sévrienne

La Gazette des Ancêtres

Généalogie deux-sévrienne

De Moi à la Généalogie

Généalogie deux-sévrienne

Lulu Sorcière Archive

Généalogie deux-sévrienne

Gallica

Généalogie deux-sévrienne

Feuilles d'ardoise

Notes généalogiques d'Anjou et d'ailleurs

%d blogueurs aiment cette page :