R comme : Reconstruire le moulin

C’est grâce aux liasses M 601 à M 607 conservées aux AD79 que j’en sais un peu plus sur le moulin de Couard pendant et après les guerres de Vendée.  On y trouve des lettres de propriétaires demandant des indemnités pour reconstruire les bâtiments détruits pendant la guerre civile ainsi que des tableaux récapitulatifs par communes établis vers 1811. Ces documents font suite à la volonté de Napoléon Ier de pacifier la région en accordant des primes à ceux qui ont rebâti. À cette époque, c’est Luc Baudouin qui est meunier et propriétaire du moulin après le décès de son beau-père Jacques Giret en 1810. Dans ces dossiers, j’ai trouvé 3 documents qui concernent mes fariniers.

Courrier de septembre 1811 de Luc Baudouin. Celui-ci ne sait pas écrire, il s’est donc fait aider. Il dit qu’il est propriétaire des maisons et moulins à vent et à eau de Couard qui ont été incendiés pendant la guerre civile de l’an V. Il a fait des réparations en 1810 qui lui ont coûté 1600 francs pour le moulin à eau. Il lui reste la grange à réparer pour 800 francs. Sur ce document on trouve aussi en marge les notes du maire attestant de la véracité de ces travaux ainsi qu’un avis favorable du sous-préfet de Bressuire à la demande d’indemnités.

Récapitulatif  de la commune de Terves : Sous la forme d’un tableau maladroitement tracé, c’est la très longue liste de bâtiments tous détruits à la date d’octobre 1793. Cette date m’étonne un peu. C’est l’époque de la « virée de Galerne » pour les Vendéens et les troupes républicaines sont plutôt occupées au nord de la Loire. Les destructions systématiques sur la commune de Terves me font plutôt penser à un passage de colonne infernale dans la 1ère moitié de l’an 1794. Erreur de date ? Quoi qu’il en soit, le tableau apprend que le moulin de Couard a été détruit, sa valeur d’autrefois est estimée à 2000 francs, la reconstruction a été faite entre l’an VI et l’an VIII, sa valeur actuelle est maintenant de 2400 francs et il reste les 2/3 de la grange à rebâtir pour 500 francs.
Ces chiffres correspondent à peu près à ceux du 1er courrier. Des précisions sont ajoutées en note : il a été reconstruit une roue de moulin à froment en 1810 qui a coûté 1400 francs. Il est fait aussi mention du moulin à vent de Couard que possède Luc Baudouin (sans doute celui de l’Égarère). Détruit à la même date et d’une valeur antérieure de 600 francs, il a été rebâti en l’an XIII et est estimé maintenant à 800 francs.reconstruction couard

Courrier de novembre 1813 de Luc Baudouin : Ce courrier ressemble beaucoup à celui de 1811 même si l’écriture est différente et que les chiffres varient un peu. On y lit que le moulin a été reconstruit entre le 24 février 1811 et septembre 1813 pour 1200 francs ainsi que les 3/4 d’une grange (1/4 avait échappé à l’incendie) pour 600 francs.

Ces documents m’ont donc beaucoup appris sur mon meunier de Couard. J’ai maintenant une petite idée de la valeur de son patrimoine, j’ai découvert ce qu’il a enduré, en même temps que les autres villageois de Terves, pendant la guerre civile. J’ai appris aussi qu’il a pu rebâtir.
Quant aux indemnités tant espérées, Luc Baudouin n’a finalement pas reçu le moindre franc. Malheureusement pour lui, son nom n’apparaît pas sur la liste départementale des propriétaires indemnisés.

Un commentaire sur “R comme : Reconstruire le moulin

Ajouter un commentaire

  1. Jean-Philippe Poignant m’apporte ces précisions sur ma messagerie personnelle :
    « Tu sembles étonné que les destructions soient mentionnées en octobre 1793. J’avais eu le même étonnement sur les documents que tu m’avais fait passer sur Pugny, mais en date d’octobre 1794.
    Tout d’abord, le début de la virée de galerne est le 18 octobre 1793, le lendemain de la bataille de Cholet qui a vu la défaite des armées vendéennes.
    La progression vers Cholet des troupes républicaines venues de Parthenay et de Niort et commandées par Chalbos, Westermann et Desmarres est marquée par la deuxième bataille du moulin aux chèvres et par la prise de Chatillon sur Sèvre le 9 octobre. La destruction partielle ou totale de Terves à cette période début octobre est donc possible. »

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Nids de MOINEAU

Site généalogique consacré aux MOINEAU de Mauzé-Thouarsais et d'ailleurs.

L'arbre de nos ancêtres

Généalogie deux-sévrienne

genealogiepratique.fr

Pratiquez la généalogie en toute simplicité

La généalogie avec GénéaBlog86 !

Généalogie deux-sévrienne

La Pissarderie

Généalogie deux-sévrienne

Chroniques d'antan et d'ailleurs

Voyages sur les traces des ancêtres de mes enfants

La Drôlesse

Généalogie en Poitou et Anjou

GeneaTech

Généalogie deux-sévrienne

GÉNÉA79

Le blog du Cercle généalogique des Deux-Sèvres

Nelly, ancêtre du Poitou

Blog généalogique Poitou, Dordogne et Pas-de-Calais

Chemin de Papier

Généalogie deux-sévrienne

La Gazette des Ancêtres

Généalogie deux-sévrienne

De Moi à la Généalogie

Généalogie deux-sévrienne

Lulu Sorcière Archive

Généalogie deux-sévrienne

Gallica

Généalogie deux-sévrienne

Feuilles d'ardoise

Notes généalogiques d'Anjou et d'ailleurs

%d blogueurs aiment cette page :