Père et fils cherchent mère et fille vue mariages

Sans que ce soit fréquent, il m’arrive parfois de rencontrer le mariage d’un père veuf avec une mère veuve en même temps que celui du fils de l’un avec la fille de l’autre. Ces doubles mariages semblent, de toute évidence, devoir résoudre des problèmes de logement ou de partage plutôt que satisfaire d’éventuels sentiments amoureux.

 

 

 

André Vaye et son fils Louis Vaye ont atteint pour moi le sublime dans cette pratique puisqu’ils ont réussi l’exploit de réaliser 2 fois un double mariage. C’est forcément un peu compliqué à expliquer, il va falloir bien suivre. Les événements dont je donne la date précise sont tous situés sur la paroisse de Moncoutant (Deux-Sèvres).

Le père, André Vaye, est un laboureur né vers 1700. Marié avec Renée Courault, ils ont un garçon, Louis, le 17 octobre 1732. Mais voilà, le 6 octobre 1750, Renée Courault décède dans cette même paroisse. Le veuf âgé de 50 ans et le fils âgé de18 ans assistent à son enterrement.

Moins d’un an plus tard, le 30 juin 1751, le fils, Louis Vaye, épouse Renée Bault. Les mariés sont  bien jeunes (18 et 17 ans). Le même jour, le père André Vaye épouse Marie Ragot, mère de Renée Bault qui se trouve être opportunément veuve. Deux enfants naissent chez le jeune couple, Marie en 1753 et Pierre-Louis en 1755.

Mais, malheureusement, le père André connaît un 2ème veuvage le 24 novembre 1756 suite au décès de Marie Ragot. Et le fils Louis perd à son tour son épouse Renée Bault, fille de Marie Ragot, le 10 octobre 1759. Elle n’avait que 24 ans. Avec 2 jeunes enfants à charge, Louis Vaye doit se remarier assez vite.

Le 7 janvier 1761, Louis Vaye, 28 ans, passe donc un contrat de mariage chez Me Belliard, notaire avec Marie Texier. Or, il se trouve que celle-ci est aussi la fille d’une veuve, Louise La Touche. Le même jour, André Vaye le père, 60 ans, passe lui aussi un contrat de mariage avec cette dernière. Et pour la seconde fois, à 10 ans d’intervalle, le père et le fils épousent une mère et sa fille.

Je me trompe peut-être quand je dis que c’est le père qui profite du mariage de son fils pour épouser la mère de la mariée. Il peut tout autant s’agir du contraire.
En effet, quand le fils Louis se retrouve encore veuf, le 24 novembre 1764, il ne se remarie que très longtemps après, en 1782. Entre temps, son père André est décédé, le 3 mars 1776, pour une fois avant son épouse. Pourquoi le fils ne s’est pas remarié aussitôt veuf ? Voulait-il attendre que son père le soit lui aussi ?

Ce n’est donc que le 22 janvier 1782, 16 ans après le décès de sa 2ème épouse et 6 ans après le décès de son père, que Louis Vaye, âgé alors de 50 ans, se marie pour la 3ème fois. Il a choisi une veuve, Marguerite Bironneau. Mais heureusement pour moi (et pour vous), il n’y a pas eu de mariage entre des enfants nés des unions précédentes des deux époux.

Pour vous aider, j’ai résumé dans un tableau les différents mariages d’André et Louis Vaye, le père et le fils.mariages louis et andré vayeJe ne vous ai pas tout dit pour ne pas vous embrouiller davantage !
Marie Ragot, 2ème épouse d’André Vaye, est la fille de mes ancêtres Maurice Ragot et Marthe Clair (Sosas 614 et 615) et donc sa fille Renée Bault, 1ère épouse de Louis Vaye, est la petite-fille de ces mêmes ancêtres.
Enfin, Marguerite Bironneau, la 3ème épouse du même Louis Vaye, est mon ancêtre directe (Sosa 145) car je descends de son 1er mariage avec Pierre Chesseron.

Vous comprenez pourquoi j’ai parfois mal à la tête !!!

Publicités

2 commentaires sur “Père et fils cherchent mère et fille vue mariages

Ajouter un commentaire

  1. J’appelle ça les mariages « caisse de retraite »! souvent dans le contrat de mariage des parents et celui des enfants, il y a des dispositions favorisant les enfants et la création d’une sorte de communauté entre les deux couples. Le couple vieillissant donne ses biens, le couple jeune s’engage à les prendre en charge… Le grand Amour n’est pas initiateur de ces « rencontres »? c’est une notion qui n’existe pas encore! regarder ensemble dans la même direction peut constituer un objectif réaliste et satisfaisant! l’Amour vient avec et après!

    Aimé par 4 personnes

  2. Bonjour,
    C’est clair, que, parfois, çà donne mal à la tête. Quand je vois la généalogie ( belge) de mon mari, j’ai l’impression de voir toujours les mêmes noms; ils devaient se marier entre cousins ou entre beaux-frères et belles-soeurs.
    Compliqué!!
    Allez, prenez une aspirine et tout ira mieux.
    Cordialement.
    Catherine

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Nids de MOINEAU

Site généalogique consacré aux MOINEAU de Mauzé-Thouarsais et d'ailleurs.

L'arbre de nos ancêtres

Généalogie deux-sévrienne

genealogiepratique.fr

Pratiquez la généalogie en toute simplicité

La Pissarderie

Généalogie deux-sévrienne

Chroniques d'antan et d'ailleurs

Voyages sur les traces des ancêtres de mes enfants

La Drôlesse

Généalogie en Poitou et Anjou

GeneaTech

Généalogie deux-sévrienne

GÉNÉA79

Le blog du Cercle généalogique des Deux-Sèvres

Nelly, ancêtre du Poitou

Blog généalogique Poitou, Dordogne et Pas-de-Calais

Parentajhe à moé

Ma généalogie en Poitou

Chemin de Papier

Généalogie deux-sévrienne

La Gazette des Ancêtres

Généalogie deux-sévrienne

De Moi à la Généalogie ...

Généalogie deux-sévrienne

Lulu Sorcière Archive

Généalogie deux-sévrienne

Gallica

Généalogie deux-sévrienne

Feuilles d'ardoise

Notes généalogiques d'Anjou et d'ailleurs

%d blogueurs aiment cette page :