Dispenses pour affinité spirituelle

Mes ancêtres du Poitou, qui vivaient pour la plupart dans des paroisses isolées, se retrouvaient parfois à épouser un cousin ou une cousine éloignée. Il leur fallait alors demander une dispense pour cause de consanguinité. C’était un moyen pour l’Église de contrôler ses fidèles mais aussi de se procurer des revenus puisque ces dispenses étaient tarifées. La consanguinité n’était pas autrefois la seule raison de refuser un mariage. Des époux pouvaient avoir à demander une dispense pour affinité spirituelle.

rituel diocèse poitiers1
Rituel du diocèse de Poitiers, page intérieure

Le motif est expliqué dans le Rituel du diocèse de Poitiers. À la page 41, il y a cette exhortation destinée aux parrains et marraines lors d’un baptême : « N’oubliez pas non plus que vous avez contracté une alliance spirituelle, tant avec cet enfant dont vous êtes le parrain et la marraine , qu’avec son père et sa mère ; alliance qui empêche que vous ne puissiez jamais vous marier avec cet enfant, ni avec les auteurs de ses jours, à moins que, pour de solides raisons, vous n’en obteniez dispense de l’Église. » L’Église interdit donc à un parrain ou une marraine d’épouser un jour l’enfant qui vient d’être baptisé de même qu’un des 2 parents de l’enfant si celui-ci se retrouve par malheur veuf.

Pourtant, le 25 juin 1695 au Breuil-Bernard, mon ancêtre Louise Branchu (sosa 5717), veuve de Jean Joly (sosa 516) épouse en secondes noces Thomas Denis qui est le parrain d’un de ses fils, sans doute mon ancêtre Jacques Joly (sosa 258) né vers 1690.

Et 13 ans plus tard, le 23 janvier 1708, toujours au Breuil-Bernard, sa nièce Suzanne Branchu, veuve de François Branchu, se remarie avec Henri Basty, sieur du Petit Bois, qui est le parrain de son fils François Branchu, né peu de temps avant, le 4 mars 1707.

Il a donc fallu à ces 2 femmes obtenir une dispense pour affinité spirituelle auprès de l’évêque.

dispense louise branchu.PNG
« … dispense d’une parenté spirituelle entre les deux parties causée par le dit Denis et le fils de la dite Branchu lequel a été tenu sur le fonds de baptême par le dit Denis… »

dispense suzanne branchu.PNG« …dispense […] d’une affinité spirituelle qui s’était contractée lorsque le dit Henri Basty fut parrain d’un des enfants du premier mariage de Marie Suzanne Branchu… »

Pour ces deux remariages, il faut aussi évoquer le contexte historique. Nous sommes quelques années après la révocation de l’Édit de Nantes et des dragonnades envers les Huguenots. Or, Louise Branchu et sa nièce Suzanne appartiennent à une famille de confession protestante qui a dû abjurer sa Foi. Pour Louise, j’ai trouvé l’acte : c’était à Terves en 1685. Jean Joly, son 1er mari était lui aussi protestant et a été forcé de devenir catholique, ne serait-ce que pour garder sa charge de notaire. Et c’est de toute évidence une situation similaire pour sa nièce Suzanne, quand je regarde l’histoire de sa sœur Marie Branchu et son beau-frère Jacques Fradin (elle est racontée par Jean-Philippe Poignant sur le site Bienvenue au château de Pugny)

On a donc deux femmes, sans doute encore protestantes dans leur cœur, qui se remarient chacune avec le parrain d’un des enfants qu’elles ont eu de leur premier mariage. Ces deuxièmes maris, Thomas Denis pour la tante et Henri Basty pour la nièce, sont des notables qui ne me semblent pas appartenir à la communauté protestante. Je n’en ai trouvé aucun indice. Je m’interroge sur ces unions, sans avoir de réponse à mes questions : S’agissait-il pour l’Église de faire entrer davantage dans le giron de l’Église catholique une famille influente, les Branchu ? Était-ce aussi un moyen de taxer cette famille grâce au tarif des dispenses ? Quelle est la part d’arrangement ou de consentement des épouses et de la famille Branchu à ces unions ? Ce que je sais, c’est que la demande de dispense a pu être justifiée. Le Rituel du diocèse de Poitiers énumère les motifs qui l’autorisent. Il y a « l’éducation des enfants d’un premier mariage , lorsqu’une des parties est chargée d’enfants qu’elle ne peut élever ou faire subsister qu’en convolant à de secondes noces, et qu’elle ne peut le faire qu’avec un de ses parents ou alliés, à cause de la charge des enfants de son premier mariage. » et encore « la religion ; par exemple, lorsque dans une paroisse il y a un nombre considérable de protestants, et que les catholiques trouveraient difficilement à se marier avec des personnes de la vraie religion. »

La seconde union de la nièce est très féconde, Suzanne Branchu a 8 enfants d’Henry Basty. Quant à la tante Louise Branchu, elle a eu 2 enfants avec Thomas Denis : Perrine qui épousera Claude Ferron, commissaire de la maréchaussée de Thouars et des Sables et André-Thomas qui sera fermier général de la terre de Pugny et fera lui aussi un beau mariage.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Nids de MOINEAU

Site généalogique consacré aux MOINEAU de Mauzé-Thouarsais et d'ailleurs.

L'arbre de nos ancêtres

Généalogie deux-sévrienne

genealogiepratique.fr

Pratiquez la généalogie en toute simplicité

La Pissarderie

Généalogie deux-sévrienne

Chroniques d'antan et d'ailleurs

Voyages sur les traces des ancêtres de mes enfants

La Drôlesse

Généalogie en Poitou et Anjou

GeneaTech

Généalogie deux-sévrienne

GÉNÉA79

Le blog du Cercle généalogique des Deux-Sèvres

Nelly, ancêtre du Poitou

Blog généalogique Poitou, Dordogne et Pas-de-Calais

Parentajhe à moé

Ma généalogie en Poitou

Chemin de Papier

Généalogie deux-sévrienne

La Gazette des Ancêtres

Généalogie deux-sévrienne

De Moi à la Généalogie ...

Généalogie deux-sévrienne

Lulu Sorcière Archive

Généalogie deux-sévrienne

Gallica

Généalogie deux-sévrienne

Feuilles d'ardoise

Notes généalogiques d'Anjou et d'ailleurs

%d blogueurs aiment cette page :