Étiquettes

, , , , , , , , ,

xxxxx

dessin extrait de « Rosco le rouge » de  Jean-Louis Marco (éd. Le Cycliste)

Regardez bien la carte à côté en bas ! Qu’est-ce que vous montre le pirate avec son crochet ? Une croix, en forme de X (Je sais que c’est plutôt un signe graphique et pas vraiment une onomatopée ou un bruit de bande dessinée, mais je ne m’en sortais pas sinon… pardonnez-moi cette nouvelle tricherie). Le pirate montre sur sa carte un X où se trouve un trésor. Et bien, moi aussi, je vais vous montrer sur plusieurs cartes (avec des X) où se trouvent mes trésors généalogiques, les lieux que mes aïeux ont occupés.

Ma carte au trésor ne dépasse pas, dans l’état actuel de mes connaissances, la France. Les ancêtres que je connais y ont tous vécu, presque tous dans les Deux-Sèvres (le gros X), un peu dans les régions frontalières (la proche Vendée et le proche Maine-et-Loire). Une branche vient de la Creuse et une autre de la Sarthe (voir Ugh !).

franceIl m’a donc fallu donc zoomer sur les Deux-Sèvres et plus précisément encore sur le bocage bressuirais pour que je trouve mes trésors généalogiques. Je ne vais pas y mettre tous les X, toutes les paroisses ou communes, mais seulement les 10 les plus fréquemment citées dans mon arbre.

deux sèvres carte au trésor 2deux sèvres carte au trésor - Copie

Terves, Chanteloup et La Chapelle-Saint-Laurent sont celles qui reviennent de loin le plus souvent, parce que j’y ai beaucoup d’ancêtres mais aussi grâce au fait que les archives y sont particulièrement riches et qu’il y a peu d’années manquantes dans les registres paroissiaux. Nueil-sous-les-Aubiers est la plus excentrée, Moncoutant la plus peuplée. Comme on le devine, mes ancêtres habitaient des fermes, des hameaux ou des petits bourgs, et très peu résidaient en ville. Les archives prérévolutionnaires de la ville la plus proche, Bressuire, ont presque toutes disparues. Je n’y trouverais cependant pas beaucoup d’aïeux supplémentaires. Il me semble que, au moins localement, le milieu des villes et celui des campagnes étaient assez étanches et qu’il y avait peu de mariages entre urbains et ruraux.

Sans doute aurais-je dû présenter ces cartes en tout début de challenge, car les villages évoqués, si familiers pour moi, ne le sont pas pour beaucoup. Mais l’ordre alphabétique ne l’a pas voulu ! Mes racines ne se sont pas beaucoup étendues en largeur, mais elles sont profondes, presque toutes dans ce petit territoire qui pouvait se parcourir à pied dans la journée. Il ne me reste plus qu’à creuser encore et encore pour y trouver d’autres trésors à vous faire partager !

Publicités