Mots-clefs

,

Merci à Sophie Boudarel de remettre en avant le Généathème « 100 mots pour une vie ». Cela me permet de récidiver dans mes tentatives poétiques. Après « Sort fatal à Moncoutant », la triste complainte consacrée à Jean Talon, voici « Cent mots pour Madeleine », dédié à mon ancêtre Madeleine Robin, née en 1753 et décédée vers 1785. J’aime toujours et tellement les contraintes que je m’en rajoute encore une fois : j’ai fait un acrostiche (lues verticalement de haut en bas, les premières lettres de chaque vers reconstituent son prénom et son nom) à partir d’alexandrins coupés à l’hémistiche, avec des rimes plutôt pauvres, je dois bien le reconnaître. Me pardonnerait-elle mes vers de mirliton ?

Madeleine naquit à Pougne-Hérisson
Aimée de ses parents, Jacqu’s Robin, Jeann’ Guédon.
Dix-huit ans, mariage : François-Joseph Branchu,
Enfant de laboureur, cultivateur du cru !
Le couple a six enfants : cinq filles, uniqu’ garçon
Et exploite des champs, à Trayes, dans la région.
Il arrive ce jour maudit où Madeleine
Nous quitte pour toujours. Son mari dans la peine
Et six petits enfants qui n’avaient pas douze ans
Restent seuls à pleurer. Quand mourut leur maman ?
Où est-elle décédée ? Mystère-et-boule-de-gomme !
Bigre ! Saperlipopette ! Où trouver l’acte en somme !
Il est sûr cependant que jeunette elle était,
N‘ayant pas vu grandir ses enfants adorés.

Madeleine Robin, native de Pougne-Hérisson dans les Deux-Sèvres, aujourd’hui Nombril du Monde, est sans doute morte dans le proche village de Trayes vers 1785, âgée seulement d’environ 31 ans. Je ne pourrai pas trouver son acte de sépulture car les registres paroissiaux de cette commune antérieurs à la Révolution ont totalement disparu.
Puisse ce petit poème la faire revivre un peu !

pougne

Carte postale ancienne de Pougne-Hérisson

Publicités